Les troubles du sommeil

Classé dans : LA GAZETTE du GEOBIOLOGUE | 0

METTEZ FIN À VOS CAUCHEMARS

Insomnie, somnambulisme, cauchemars, hallucinations, refus de s’endormir… Vous, votre conjoint(e) ou vos enfants faites face à des troubles du sommeil ? Vous avez déjà tout essayé mais rien n’a fonctionné ? Vous cherchez une solution rapide, efficace et naturelle ?

Découvrez les raisons qui vous empêchent de bien dormir et la solution idéale pour retrouver un sommeil réparateur et serein.

 

 

Lire la suite­­

La géométrie des mégalithiques

Classé dans : LA GAZETTE du GEOBIOLOGUE | 0

Un mégalithe est comme un instrument de musique dont la caisse de résonance vibre avec le sous-sol et rentre en harmonie avec le cosmos à travers le paysage et l’horizon.

Par petits groupes, ils forment des ensembles. Un dernier acteur entre en scène pour les réunir à la manière d’un chef d’orchestre afin qu’ils puissent jouer de concert : la géométrie.

Ce dernier élément invisible et presque abstrait révèle l’interconnexion des mégalithes entre eux. Cette géométrie à base de figures élémentaires montre la volonté de tisser une trame cohérente à travers une architecture qui enjambe les collines et les vallées. Lire la suite­­

Le géobiologue et les mégalithiques sous la voûte céleste

Classé dans : LA GAZETTE du GEOBIOLOGUE | 0

 

Le géobiologue et les mégalithes sous la voûte céleste

Deuxième Partie

 

Les mégalithes plantés dans la terre ont bien une relation intime avec les spécificités locales du sous-sol : veines d’eau souterraine, failles, cavités, particularités géologiques, etc. Invisibles à la surface, nous pouvons néanmoins ressentir leur présence.
Dans un précédent article, nous avons vu comment ce lien étroit est entretenu entre menhirs et  dolmens et la Terre-Mère, montrant comment les anciens savaient dompter la « Vouivre ».

C’est à partir de ce point d’ancrage que nous allons maintenant lever les yeux et regarder plus loin, plus haut. Ici commence une deuxième histoire qui nous démontre comment les bâtisseurs de ces mégalithes ont fait dialoguer leur architecture avec des éléments cette fois-ci  bien visible et tout aussi fascinant : ce Ciel-Père, c’est-à-dire le cosmos.

Si l’homme du XXIe siècle est aujourd’hui coupé dans son milieu de sa relation au ciel et aux astres qui le composent, nous retrouvons à travers l’étude des mégalithes le souci d’intégrer dans ces constructions le référent cosmique.  Ce ciel, du jour et de la nuit vers lequel pointe la pierre dressée.

C’est d’ailleurs l’une des missions du géobiologue aujourd’hui. À travers son art, il peut ramener le cosmique qui fait défaut dans des habitats modernes et restituer ainsi cet équilibre dynamique Terre/Ciel dans lequel l’homme baigne depuis la nuit des temps.

Lire la suite­­

La géobiologie au service de l’harmonie

source : www.maisonetharmonie.com
© MAISON&HARMONIE

Lire la suite­­

A la rencontre des pierres levés

Classé dans : LA GAZETTE du GEOBIOLOGUE | 0

 

gargantua au repos sur un Dolmen

Approche du monde Mégalithique : un modèle d’inspiration pour la géobiologie

Première Partie

Les Mégalithes sont des monuments qui ont toujours été prisés par de nombreux acteurs, dont les géobiologues.
Cette familiarité avec ces pierres plantées date de fort longtemps.
Un savoir transmis depuis la nuit des temps par des initiés héritiers de connaissances anciennes le plus souvent par voie orale.

Ces pierres à l’état quasiment brut, immobile, que l’on pense appartenir à une culture primitive demeurent pour autant complexes à appréhender.
La tradition populaire nous ramène des récits étonnants sur ces pierres.
En interprétant ces légendes à travers le prisme de la géobiologie, des clés de compréhension peuvent donner du sens et entrouvrir les portes du mécanisme des mégalithes.

On retrouvera ces grands principes plus tard, d’autres constructions tels que les temples, églises ou cathédrales.
Face à ces monuments, le géobiologue du 21ème siècle se tient comme devant un miroir où Il aperçoit sa propre image à travers le reflet des pratiquants d’un art qui lui est si familier.

 

Lire la suite­­

Le logement peut-il être salutaire ?

Classé dans : LA GAZETTE du GEOBIOLOGUE | 0

À l’origine du mot salutaire

Le mot salutaire apparaît dans la langue française au XIVe siècle. Il vient du latin salutaris, « utile, avantageux », dérivé de salus, « bon état physique et bonne santé ». Dans la Rome antique, la déesse Salus, déesse de la santé, de la guérison et du bonheur, prolonge la déesse Hygie des Grecs, celle-là même qui a donné son nom au concept d’hygiène. Lire la suite­­

Regard du géobiologue sur le désordre

Classé dans : LA GAZETTE du GEOBIOLOGUE | 0

Contexte

Depuis le 17 mars 2020, date du début du confinement en France, des millions de Français vivent reclus, chez eux, à cause de la pandémie mondiale due au Covid-19. Cette situation devrait durer au moins jusqu’au 11 mars, date de la fin partielle et échelonnée du confinement.

Le maintien forcé à domicile a obligé les personnes à vivre 24 heures sur 24 dans leur logement, qu’il soit spacieux ou étroit.

Il est certain que le nombre de mètres carrés de surface habitable disponibles avec ou non un accès extérieur privatif ainsi que le nombre de personnes l’occupant jouent un rôle important dans les conditions de vie du confinement. Lire la suite­­

Géobiologie “hygiène de l’environnement”

Classé dans : LA GAZETTE du GEOBIOLOGUE | 0

Où se situe la géobiologie dans le milieu professionnel ?

Depuis les débuts de la géobiologie en France sa place est incertaine dans le paysage socioprofessionnel. Elle navigue au fil de l’histoire entre architecture et médecine, sans jamais trouver son véritable positionnement puisque n’appartenant réellement à aucune des deux. Cette errance rend la géobiologie difficilement visible, lisible et compréhensible par tous les acteurs de la vie professionnelle, les pouvoirs publics, institutions mais aussi et surtout par le grand public Lire la suite­­

géobiologie Un art du bon sens

Classé dans : LA GAZETTE du GEOBIOLOGUE | 0

Issue d’une pratique très ancienne, pratiquée autrefois par les sourciers, la géobiologie est un art du bon sens. Celui de choisir le meilleur endroit pour habiter où il fait bon vivre ! L’emplacement de la maison – et tout particulièrement celui des lits – est d’une importance déterminante car la présence de certaines ondes inhérentes au lieu peut nuire au bien-être des habitants. Certaines sont d’origine naturelle : l’eau souterraine, les failles géologiques, les mémoires des lieux
D’autres, artificielles, proviennent des appareils que nous utilisons au quotidien. Leurs champs électromagnétiques et les ondes de la communication sans fil ont envahi nos habitations de façon exponentielle. Chez soi ou au travail, les expositions quotidiennes aux rayonnements du téléphone mobile, de l’ordinateur, du four à micro-ondes, de l’éclairage basse consommation, de la wifi… peuvent troubler notre bien-être et parfois même notre santé.

Voici les questions à se poser ?

Trouvez-vous votre maison débordante d’énergie positive, ou plutôt déprimante ? Vous souhaitez construire, aménager et décorer votre habitat en respectant votre santé ? Savez-vous téléphoner sans être exposé aux ondes de votre portable ? Faut-il vraiment dormir la tête au nord ? Certaines colles et peintures sont beaucoup moins toxiques que d’autres, sauriez-vous les reconnaître ? Quels sont les effets des fours à micro-ondes, des plaques à induction, des ordinateurs… sur la santé ? Votre lit est-il placé au bon endroit ? Pourquoi être toujours fatigué chez soi, et en forme à l’extérieur ?

Toutes les réponses à ces questions, et à beaucoup d’autres encore, sur simple appel à notre géobiologue au 06 31 33 94 56. dès maintenant en attendant des jours meilleurs à travers les sorties sourciers, sylvothérapie ou tout autres manifestations (salon, conférence, réunion d’information).

Phénomènes paranormaux – les fantômes

Classé dans : LA GAZETTE du GEOBIOLOGUE | 0

Auteur Christina VIOR École Nationale de Géobiologie Appliquée J’avais loué un petit gîte dans une vallée des Pyrénées à côté d’une vieille ferme transformée en habitation. Dans la cuisine américaine sur le canapé devant un poêle était assis un fantôme, un vieil homme dégageant une énergie méchante et très désagréable. Je ne m’attendais pas à cela puisque je n’étais pas venue pour une intervention de géobiologie. Lire la suite­­

LA GEOBIOLOGIE : Un facteur de Santé publique

Classé dans : LA GAZETTE du GEOBIOLOGUE | 0

 

Même s’il est plus facile de parler de la Géobiologie aujourd’hui qu’il y a 5 ou 10 ans, il serait prétentieux de prétendre la décrire dans son intégralité tant les approches peuvent être différentes d’une école à l’autre…

…Et du fait que cet « Art » ou « Pseudo Science » évolue également rapidement afin de s’adapter en permanence à un environnement de plus en plus hostile pour le « Vivant ».

 

Lire la suite­­

Peut-on parler de paranormal ? (2/2)

Classé dans : LA GAZETTE du GEOBIOLOGUE | 0

Explications rationnelles

Les tentatives d’explications rationnelles des phénomènes paranormaux se font de façon pluridisciplinaire avec l’aide de psychiatres, psychologues, philosophes, théologiens, ethnologues, psychanalystes, médecins, physiciens, biologistes, mathématiciens, etc.

La très grande majorité d’entre eux partent sur un a priori, rejetant l’existence même, voire l’idée, d’un quelconque phénomène paranormal. Pour eux, ces phénomènes n’ont jamais fait officiellement l’objet d’observations scientifiquement reproductibles validées. À chaque fois, les expériences vécues individuellement qui leur sont rapportées sont considérées comme un entassement de croyances, superstitions, crédulité et naïveté de personnes en mal de sensationnel, de magie, de merveilleux, de mystère et d’étrangeté. Lire la suite­­

Une maison pour bien vivre grâce à la géobiologie

Classé dans : LA GAZETTE du GEOBIOLOGUE | 0

Depuis la nuit des temps, sur tous les continents, des sourciers ont recherché les veines d’eau

Depuis la nuit des temps, sur tous les continents, des sourciers ont recherché les veines d’eau souterraines pour savoir où le puisatier pourra creuser un puits. Dans ce but, ils procédaient par radiesthésie à l’aide d’un pendule ou une baguette de sourcier. Lire la suite­­

Comment penser les phénomènes particuliers (1/2)

Classé dans : LA GAZETTE du GEOBIOLOGUE | 0

Peut-on parler de paranormal ?
(Première partie)

De tout temps l’être humain a fait appel aux raisons surnaturelles pour expliquer ce qu’il ne comprenait pas, ce qui ne semblait pas être de son fait. En d’autres termes, ce qui ne lui apparaissait pas normal. Pour relater ces faits et les transmettre, les populations anciennes ont utilisé les légendes, les contes, le folklore et les mythes.

Aujourd’hui encore, le nombre de personnes croyant que les phénomènes paranormaux existent est très élevé puisqu’il correspond environ à 70 % de la population française. Un tiers des gens vivant dans les campagnes comme dans les villes affirme avoir vécu un phénomène paranormal. Lire la suite­­