Le logement peut-il être salutaire ?

Classé dans : LA GAZETTE du GEOBIOLOGUE | 0

À l’origine du mot salutaire

Le mot salutaire apparaît dans la langue française au XIVe siècle. Il vient du latin salutaris, « utile, avantageux », dérivé de salus, « bon état physique et bonne santé ». Dans la Rome antique, la déesse Salus, déesse de la santé, de la guérison et du bonheur, prolonge la déesse Hygie des Grecs, celle-là même qui a donné son nom au concept d’hygiène. Lire la suite­­

Regard du géobiologue sur le désordre

Classé dans : LA GAZETTE du GEOBIOLOGUE | 0

Contexte

Depuis le 17 mars 2020, date du début du confinement en France, des millions de Français vivent reclus, chez eux, à cause de la pandémie mondiale due au Covid-19. Cette situation devrait durer au moins jusqu’au 11 mars, date de la fin partielle et échelonnée du confinement.

Le maintien forcé à domicile a obligé les personnes à vivre 24 heures sur 24 dans leur logement, qu’il soit spacieux ou étroit.

Il est certain que le nombre de mètres carrés de surface habitable disponibles avec ou non un accès extérieur privatif ainsi que le nombre de personnes l’occupant jouent un rôle important dans les conditions de vie du confinement. Lire la suite­­

Géobiologie “hygiène de l’environnement”

Classé dans : LA GAZETTE du GEOBIOLOGUE | 0

Où se situe la géobiologie dans le milieu professionnel ?

Depuis les débuts de la géobiologie en France sa place est incertaine dans le paysage socioprofessionnel. Elle navigue au fil de l’histoire entre architecture et médecine, sans jamais trouver son véritable positionnement puisque n’appartenant réellement à aucune des deux. Cette errance rend la géobiologie difficilement visible, lisible et compréhensible par tous les acteurs de la vie professionnelle, les pouvoirs publics, institutions mais aussi et surtout par le grand public Lire la suite­­

géobiologie Un art du bon sens

Classé dans : LA GAZETTE du GEOBIOLOGUE | 0

Issue d’une pratique très ancienne, pratiquée autrefois par les sourciers, la géobiologie est un art du bon sens. Celui de choisir le meilleur endroit pour habiter où il fait bon vivre ! L’emplacement de la maison – et tout particulièrement celui des lits – est d’une importance déterminante car la présence de certaines ondes inhérentes au lieu peut nuire au bien-être des habitants. Certaines sont d’origine naturelle : l’eau souterraine, les failles géologiques, les mémoires des lieux
D’autres, artificielles, proviennent des appareils que nous utilisons au quotidien. Leurs champs électromagnétiques et les ondes de la communication sans fil ont envahi nos habitations de façon exponentielle. Chez soi ou au travail, les expositions quotidiennes aux rayonnements du téléphone mobile, de l’ordinateur, du four à micro-ondes, de l’éclairage basse consommation, de la wifi… peuvent troubler notre bien-être et parfois même notre santé.

Voici les questions à se poser ?

Trouvez-vous votre maison débordante d’énergie positive, ou plutôt déprimante ? Vous souhaitez construire, aménager et décorer votre habitat en respectant votre santé ? Savez-vous téléphoner sans être exposé aux ondes de votre portable ? Faut-il vraiment dormir la tête au nord ? Certaines colles et peintures sont beaucoup moins toxiques que d’autres, sauriez-vous les reconnaître ? Quels sont les effets des fours à micro-ondes, des plaques à induction, des ordinateurs… sur la santé ? Votre lit est-il placé au bon endroit ? Pourquoi être toujours fatigué chez soi, et en forme à l’extérieur ?

Toutes les réponses à ces questions, et à beaucoup d’autres encore, sur simple appel à notre géobiologue au 06 31 33 94 56. dès maintenant en attendant des jours meilleurs à travers les sorties sourciers, sylvothérapie ou tout autres manifestations (salon, conférence, réunion d’information).

Phénomènes paranormaux – les fantômes

Classé dans : LA GAZETTE du GEOBIOLOGUE | 0

Auteur Christina VIOR École Nationale de Géobiologie Appliquée J’avais loué un petit gîte dans une vallée des Pyrénées à côté d’une vieille ferme transformée en habitation. Dans la cuisine américaine sur le canapé devant un poêle était assis un fantôme, un vieil homme dégageant une énergie méchante et très désagréable. Je ne m’attendais pas à cela puisque je n’étais pas venue pour une intervention de géobiologie. Lire la suite­­

LA GEOBIOLOGIE : Un facteur de Santé publique

Classé dans : LA GAZETTE du GEOBIOLOGUE | 0

 

Même s’il est plus facile de parler de la Géobiologie aujourd’hui qu’il y a 5 ou 10 ans, il serait prétentieux de prétendre la décrire dans son intégralité tant les approches peuvent être différentes d’une école à l’autre…

…Et du fait que cet « Art » ou « Pseudo Science » évolue également rapidement afin de s’adapter en permanence à un environnement de plus en plus hostile pour le « Vivant ».

 

Lire la suite­­

Peut-on parler de paranormal ? (2/2)

Classé dans : LA GAZETTE du GEOBIOLOGUE | 0

Explications rationnelles

Les tentatives d’explications rationnelles des phénomènes paranormaux se font de façon pluridisciplinaire avec l’aide de psychiatres, psychologues, philosophes, théologiens, ethnologues, psychanalystes, médecins, physiciens, biologistes, mathématiciens, etc.

La très grande majorité d’entre eux partent sur un a priori, rejetant l’existence même, voire l’idée, d’un quelconque phénomène paranormal. Pour eux, ces phénomènes n’ont jamais fait officiellement l’objet d’observations scientifiquement reproductibles validées. À chaque fois, les expériences vécues individuellement qui leur sont rapportées sont considérées comme un entassement de croyances, superstitions, crédulité et naïveté de personnes en mal de sensationnel, de magie, de merveilleux, de mystère et d’étrangeté. Lire la suite­­

Une maison pour bien vivre grâce à la géobiologie

Classé dans : LA GAZETTE du GEOBIOLOGUE | 0

Depuis la nuit des temps, sur tous les continents, des sourciers ont recherché les veines d’eau

Depuis la nuit des temps, sur tous les continents, des sourciers ont recherché les veines d’eau souterraines pour savoir où le puisatier pourra creuser un puits. Dans ce but, ils procédaient par radiesthésie à l’aide d’un pendule ou une baguette de sourcier. Lire la suite­­

Comment penser les phénomènes particuliers (1/2)

Classé dans : LA GAZETTE du GEOBIOLOGUE | 0

Peut-on parler de paranormal ?
(Première partie)

De tout temps l’être humain a fait appel aux raisons surnaturelles pour expliquer ce qu’il ne comprenait pas, ce qui ne semblait pas être de son fait. En d’autres termes, ce qui ne lui apparaissait pas normal. Pour relater ces faits et les transmettre, les populations anciennes ont utilisé les légendes, les contes, le folklore et les mythes.

Aujourd’hui encore, le nombre de personnes croyant que les phénomènes paranormaux existent est très élevé puisqu’il correspond environ à 70 % de la population française. Un tiers des gens vivant dans les campagnes comme dans les villes affirme avoir vécu un phénomène paranormal. Lire la suite­­

Les cavités souterraines ont-elles un impact sur le bien-être et la santé du vivant ?

Classé dans : LA GAZETTE du GEOBIOLOGUE | 0

Les cavités souterraines existent un peu partout sur le territoire national. Toutefois, certaines régions et villes sont plus exposées que d’autres à la leur présence.

Effondrement de cavités souterraines.

Ces derniers mois deux grands effondrements du sol rappellent que le sous-sol peut être creux.

– Au mois de décembre 2018, une cavité de 70 m2 apparaît après l’effondrement d’une partie de la chaussée dans la rue de Lyon de la ville de Saint-Quentin (Aisne, 02).

– Au mois d’août 2019, une partie de la chaussée de la place Léon Debouverie s’effondre dans la ville d’Amiens (Somme, 80). L’affaissement laisse apparaître un trou béant d’environ 15 m de diamètre et 5 m de profondeur. Lire la suite­­

L’effet cocktail en géobiologie

Classé dans : LA GAZETTE du GEOBIOLOGUE | 0

Origine de l’expression

En 1953, le psychologue britannique Edward Colin Cherry (1914-1979) invente le terme « Effet cocktail ». Il définit ainsi la capacité d’une personne à entendre quelque chose qui la concerne dans un lieu noyé dans le bruit. Il s’agit de sa capacité d’attention sélective qui lui permet de filtrer ce qui est important pour elle. Lire la suite­­

Du sensible au biosensible

Classé dans : LA GAZETTE du GEOBIOLOGUE | 0

Le sensible et le biosensible font l’objet d’une fréquente confusion dans l’esprit de la plupart des personnes. Qu’en est-il exactement ?

 La nécessité d’une pensée appropriée.

Le concept et le vocabulaire associés doivent être nécessairement en cohérence avec l’action engagée.

Dans le cas contraire, il y a généralement apparition d’un conflit cognitif conscient ou inconscient. Dans la plupart du temps, il est inconscient. Si le conflit est conscient et rejeté par l’opérateur, il y a apparition d’un déni. Ce cas de figure devient plus problématique par l’émergence d’une incohérence. Lire la suite­­

Vendre un bien immobilier grâce à la géobiologie

Classé dans : LA GAZETTE du GEOBIOLOGUE | 0

Ceux qui s’intéressent de près à canaliser leurs forces ou qui ont suivi les cours de géobiologie connaissent les puissants effets du travail énergétique. Il s’exprime par l’activation par exemple de pierres ou de pose de tracé régulateur  mais plus encore avec la coopération des gardiens des lieux et des êtres qui les habitent. Si de plus tout cela est renforcé par la conscience que chacun est maître de son destin, alors de vrais miracles peuvent survenir. Lire la suite­­