Vendre un bien immobilier grâce à la géobiologie

Classé dans : LA TRIBUNE du GEOBIOLOGUE | 0

Vendre un bien immobilier grâce à la Géobiologie

Ceux qui s’intéressent de près à canaliser leurs forces ou qui ont suivi les cours de géobiologie connaissent les puissants effets du travail énergétique. Il s’exprime par l’activation par exemple de pierres ou de pose de tracé régulateur  mais plus encore avec la coopération des gardiens des lieux et des êtres qui les habitent. Si de plus tout cela est renforcé par la conscience que chacun est maître de son destin, alors de vrais miracles peuvent survenir.

L’avantage immédiat du travail de la géobiologie se démontre dans un foyer, béni de bien-être. Cette maison met à notre disposition la force nécessaire dont nous avons besoin pour éviter, les dangers de la vie quotidienne, particulièrement en temps de crises économiques.

Lorsque le marché de l’immobilier s’effondre mais que malgré tout cette maison doit être vendue, à cet instant précis, l’utilisation supplémentaire d’un travail énergétique est particulièrement bénéfique.

Ici je désire encourager les sceptiques qui croient que seules les forces du marché sont déterminantes pour une vente réussie ou non, car ce n’est pas le cas.

Si je considère le sujet de manière holistique, cinq critères me paraissent adéquats pour finaliser une vente immobilière avec succès :

  • La réelle volonté du vendeur et/ou du locataire de « lâcher » la maison
  • La localisation
  • Le prix
  • L’état énergétique
  • La gratitude et les remerciements

La volonté de lâcher

Commençons par la volonté de « lâcher ». Pour beaucoup de personnes c’est sûrement un de l’exercice le plus difficile. C’est la raison pour laquelle ce point est le point de départ de ma réflexion

Il n’est pas facile de faire sortir le loup des bois. Ceci est particulièrement vrai quand nous avons multiples raisons de vendre notre maison mais lorsque nous nous cachons les vraies raisons de cette vente ; ce qui en fait nous empêche de finaliser celle-ci. Dans ce cas, nous devons nous demander : Quel est le point émotionnel qui m’empêche/ou empêche ma compagne ou mon compagnon/ma famille d’aller de l’avant dans cet acte de vente ? Y a-t-il des angoisses, doutes ou affections pour l’objet lié à cette décision de vendre ? Si oui, lesquelles ?

Existe-t-il encore d’éventuels conflits non gérés avec les locataires ou les voisins qui conduisent à des blocages énergétiques ? Y a-t-il encore des points non-résolus ?

 

La localisation 

Les spécialistes de l’immobilier, auxquels je n’appartiens pas, ont pour credo : la localisation, la localisation, la localisation et pensent de suite à un lieu dégagé de toute construction avec vue sur la mer, un quartier résidentiel aux appartements baignés de lumière ou bien une maison située dans un quartier tranquille à la périphérie d’une ville mais malgré tout bénéficiant de toutes les commodités logistiques qui en font donc un lieu favorisé. Les représentants de cette corporation n’ont bien entendu pas totalement tort, mais tout un chacun ne peut pas se permettre cet idéal.

Comme toujours tout est relatif et il en est aussi ainsi pour la présumée bonne localisation. La situation idéale s’explique dans son contexte de ce qu’on entend généralement par bon et mauvais.

Un petit appartement dans un quartier ouvrier peut très bien avoir une situation incomparable par rapport à une magnifique villa dans un noble quartier mais qui peut être interprété comme une véritable « catastrophe énergétique ». J’observe ceci toutefois de façon tranquille, car chacun reçois toujours ce dont il a besoin pour son développement personnel. Nous ne choisissons pas notre lieu par hasard.

Le prix 

Chaque vendeur a pour but de maximiser le profit de sa vente. Pour pouvoir juger un prix raisonnable ou complètement hors prix du marché il faut regarder la cible. Est-ce que l’objet est un objet haut ou bas de gamme ? Agit-il d’un coup de cœur ? Y-a-t-il une valeur rajoutée qui est difficile à trouver ? Tous ces critères vont déterminer le prix final. Si vous mettez un prix irréaliste, il faut peut-être regarder votre volonté de lâcher.

 

L’état énergétique

L’utilisation de la géobiologie sera aussi bonne et efficace que dans la mesure où son utilisateur l’est également.

Celui qui utilise la géobiologie comme une technique, sans relation directe et sans connaître son propre état de conscience, n’appréciera pas très longtemps les effets du changement, car il va inévitablement retomber dans les anciens schémas sous forme de blocages qui vont minimiser voire même réduire à néant les effets positifs d’un bon état énergétique. Je pus ainsi observer comment un couple transforma avec un soin énorme une vieille ferme selon les règles de la géobiologie et créèrent une superbe atmosphère. Malheureusement, l’extraordinaire énergie diminua considérablement peu après leur déménagement car les lieux étaient chargés de mémoires du lieu très négatives qui remplirent la maison de toutes sortes de choses indicibles. Naturellement les perpétuelles disputes entre les habitants ne manquèrent pas d’ajouter un effet malfaisant.

Si cependant les habitants font en sorte que le niveau d’énergie dans la maison ou de l’appartement reste raisonnablement élevé, les acheteurs viendront. Viendront même ceux qui n’ont pas les moyens d’acheter l’objet immobilier, car l’énergie positive qu’il dégage les attire inéluctablement. Ce que ces personnes vont ressentir en ces lieux va rester mémorisé au plus profond d’elles, même si elles ne peuvent pas acheter la maison ou l’appartement. Elles vont poursuivre l’idée de créer une maison avec les moyens à leur disposition pour atteindre un état proche de ce qu’ils ont ressenti une fois.

 

Gratitude et remerciements

Tout est conscience. Conformément à cela, nos pensées ne s’impriment pas seulement dans le champ morphogénétique mais s’ancrent également dans le sol de notre domicile. Un endroit baigné de joie et de gratitude automatiquement conserve une énergie élevée. C’est la raison pour laquelle il est vraiment important d’avoir une conscience aiguë de la beauté dont nous sommes entourés au quotidien car elle est vraiment partout. Il est préférable de commencer tout de suite à exprimer sa gratitude pour tout ce qui est bien et bon chaque soir et féliciter chaque jour qui commence plutôt que d’attendre le moment final. Inévitablement cette aura positive aura de fortes, invisibles répercussions sur la vente.

A ce stade, je reste encore redevable des exemples relatant mes expériences de vente en période de crise immobilière.

Il y a de nombreuses années je décidai de quitter ma maison située à Heidelberg en Allemagne. Je fis paraître une annonce de vente dans le journal local seulement six semaines avant mon départ avec une marge de négociation d’environ 8%. La première personne intéressée visita et signa la promesse de vente le jour même, sans négocier le moindre centimes, alors que son ami attira l’attention sur l’existence d’une marge de manœuvre quant à la négociation du prix. L’acheteur répondit seulement : « C’est bon pour moi. »

Ensuite, quelques années plus tard, durant une nouvelle crise immobilière, je quittai à nouveau ma maison où j’étais locataire et où j’avais appliquées des règles de la géobiologie. En conséquence, le propriétaire de la maison mis celle-ci en vente. Dès que l’annonce insérée par l’agence immobilière parut, je fus assaillie dans les dix jours par une marée de visiteurs. L’agent immobilier stupéfait me dit qu’il n’avait jamais rien vécu de tel. Toutefois, le prix était relativement élevé de sorte qu’aucun des visiteurs ne firent une contreproposition à l’agent immobilier. Pendant que d’innombrables personnes intéressées se promenèrent dans la maison, une personne du voisinage se faufila en douce, frappa à ma porte et manifesta son intention d’acheter la maison, me demandant si je pouvais le mettre en contact direct avec le propriétaire. Aussitôt dit, aussitôt fait et à peine une semaine après cette visite le marché fut passé, pour un prix très favorable pour le propriétaire.

Conclusion : Le travail énergétique dans une maison, sur le terrain et sur soi-même vaut toujours la peine, car il n’est autre qu’un travail de prise de conscience, et la conscience des choses les transposent concrètement.

Christina VIOR Intervenante ARGEMA formation