Electricité sale

Classé dans : ELECTROMAGNETISME | 0

L’électricité sale ou dirty electricity

Limitez les effets biologiques produits par les fréquences véhiculées par l’électricité sale.

L’électricité polluée ou “sale” peut se définir comme une pollution de haute fréquence qui se rajoute et est véhiculée par conduction dans nos installations électriques. Ces “harmoniques” perturbatrices sont générées plus spécialement par : les transformateurs d’ordinateurs, les chargeurs d’appareils, les lampes fluocompactes ou économiques, les néons, les variateurs d’intensité lumineuse (dimmer), l’ensemble des appareils électriques, et plus récemment par les CPL des nouveaux compteurs dits intelligents Linky et les émissions liées dans les bandes de 10 kHz à 95 kHz (bande de garde comprise de la bande dite CENELEC A), etc.

C’est le type de pollution électromagnétique présente autour des conducteurs électriques et qui se caractérise par la présence de “bruit” hautes fréquences de 4 kHz à 100 kHz conduite pour être ensuite rayonnées et qui peuvent avoir un impact nuisible sur notre corps.

Graphiques comparatifs :

Graphique montrant une forte pollution de l'électricité par les harmoniques dans la bande des KHz:1000 unités GS
Graphique pollution de l’électricité sale : enregistrement graphique réalisé avec un oscilloscope portable de type Fluke 199C ScopeMeter. En rouge, on aperçoit très bien les fréquences polluantes qui “encrassent” l’électricité. En bleu l’onde sinusoïdale 50 Hz du courant électrique. Graphique montrant une forte pollution de l’électricité par les harmoniques dans la bande des KHz: Nous sommes ici en présence avant mise en place des filtres d’environ 1000 unités GS.

Graphique d'une installation électricité complètement nettoyée de la pollution: 30 unités GS
Graphique électricité nettoyée : enregistrement graphique après l’usage de minimum 15 filtres STETZERIZER™. On observe clairement la diminution nette du niveau de pollution et par conséquent de l’encrassement de l’électricité. Nous sommes ici en présence après mise en place des 15 filtres d’environ 35 unités GS

Il convient de préciser que les filtres STETZERIZER™ ne prétendent pas être une panacée universelle pour les personnes qui sont affectées ou souffrent d’un des problèmes de santé mentionnés ci-après. Toutefois, comme indiqué ci-dessous, les recherches font état d’une amélioration substantielle de la qualité de vie des personnes qui sont sensibles aux niveaux excessifs de rayonnements électromagnétiques.

Parmi les symptômes d’exposition aux rayonnements de fréquence radioélectrique (syndrome pathologique des ondes radioélectriques) figurent les symptômes suivants :

• neurologiques – maux de tête, nausées, manque de concentration, irritabilité, fatigue, insomnie, douleur musculaire et articulaire et spasmes musculaires
• cardiaques – palpitations, arythmie, tension artérielle faible ou élevée, essoufflement
• respiratoires – sinusite, bronchite, pneumonie, asthme
• dermatologiques – éruption cutanée, démangeaison, brûlure, rougeur du visage
• ophtalmologiques – douleur ou brûlure oculaire, pression intraoculaire, détérioration de la vision, cataractes.
• autres – problèmes digestifs, déshydratation, anomalies immunitaires, douleurs dentaires, sens altéré de l’odorat (extrait de « No Place to Hide », de Arthur Firstenberg, avril 2001).

Des recherches récentes ont démontré l’efficacité des filtres STETZERIZER™ en particulier pour :
• Réduire les symptômes associés à l’hypersensibilité électrique découlant de l’électricité polluée dite communément « électricité sale (1) » comme les maux de tête, une faiblesse générale, un assèchement des yeux et de la bouche, des rougeurs au visage, de l’asthme, des irritations cutanées, des troubles de l’humeur générale y compris des dépressions et des angoisses.

• Aider les diabétiques à réguler leur niveau de sucre dans le sang (2)

• Réduire les symptômes de la sclérose en plaques (3)

Références scientifiques :
1 Havas, M. & Olstad, A. Power Quality Affects Teacher Wellbeing and Student Behavior in Three Minnesota Schools. Sci Total Environ (2008), doi: 10.1016/j.scitotenv.2008.04.046
2 Havas, M. (2008) L’électricité « sale» relève le niveau de sucre dans le sang des diabétiques électrosensibles et peut expliquer le diabète fragile. Electromagnetic Biology and Medicine, 27:2, 135-146.
3 Havas, M & Stetzer, D. (2004). Les filtres Graham/Stetzer améliorent la qualité du courant dans les maisons et les écoles, réduit le niveau de sucre dans le sang, les symptômes de la sclérose en plaque et les maux de tête. Conférence scientifique internationale sur la leucémie infantile, Londres, du 6 au 10 septembre 2004

>> voir également le site de geotellurique

une notion essentielle pour bien comprendre les perturbations biologiques causées par l’électricité.

Les HFT (Hautes Fréquences Transitoires) sont des champs électromagnétiques pulsés sous forme d’ondes radio (mesurées en kilohertz) qui parasitent le voltage de 50 Hertz sur les lignes et les câbles électriques. Elles prennent naissance dans les bâtiments ou sur le réseau électrique qui les distribue d’un client à l’autre. Elles sont présentes autant dans les câbles électriques qui circulent dans les murs que dans les champs électriques et magnétiques émis dans l’atmosphère par les appareils et câbles électriques. Ces ondes sont générées par divers appareils — gradateurs d’éclairage (rhéostats), moteurs électriques à vitesse variable, lampes halogènes et fluocompactes, téléviseurs plasma, ordinateurs, photocopieuses, etc. — ainsi que par divers problèmes électriques — mise à la terre déficiente, arcs électriques causés par de mauvaises connexions, et difficultés avec les transformateurs ainsi que les lignes de transmission et de distribution.

Souvent qualifiés d’électricité « sale » (dirty power), ces pics transitoires du voltage sont générés par les appareils qui fonctionnent par interruption du passage du courant alternatif de la fréquence 50 Hertz qui change de polarité — positive et négative — 100 fois par cycle d’une seconde. Par exemple, les gradateurs d’éclairage interrompent le courant deux fois par cycle, bref 100 fois par seconde, et les fluocompactes 20 000 fois par seconde !
L’électricité polluée ou “électricité sale” est un des cofacteurs à l’origine de symptômes allant de la fatigue chronique, à la dépression, de douleurs physiques en passant par des insomnies, une perte de mémoire, mais aussi des problématiques des personnes qui souffrent d’électrohypersensibilité et qui trouvent peu de preuves sur la cause et le moyen de soulager leur souffrances, et que l’on considère (trop) souvent comme psychosomatiques (?!).
En termes simples, les recherches les plus récentes concernant les effets de ces rayonnements définissent l’électricité polluée comme un phénomène désignant l’existence d’une pollution appelée “bruit électromagnétique”, soit une émission de fréquences insidieuses qui sont captées et véhiculées par les câbles des installations électriques qui se comportent comme une antenne, le 50 Hertz en étant l’onde porteuse de rayonnements hautes fréquences et créant des surtensions harmoniques.
* On notera que ces surtensions peuvent également être répercutées par couplage capacitif par tous objets ou matériaux métalliques (comme par exemple une lampe, le ferraillage des planchers et des murs, les structures métalliques des doublages et de cloisons en placoplâtre, le frigo, la machine à laver, la chaudière, ou encore une hampe de télévision,…).

La pollution harmonique

La pollution des réseaux électriques par les courants harmoniques est une conséquence de la prolifération de charges non linéaires qui engendrent des courants harmoniques et des distorsions dans les différents réseaux électriques, avec pour conséquence :
• Un réseau national de distribution de l’électricité pollué (EDF).
• Une pollution harmonique présente dans les secteurs :
– industriel,
– tertiaire,
– et résidentiel.
Cette pollution harmonique est un phénomène relativement récent apparu avec les progrès de l’électronique…
Lorsqu’on étudie ce phénomène, on observe qu’un réseau d’alimentation est composé de tensions et courants sinusoïdaux, cependant, la présence de certains récepteurs déforme ces signaux et génère la création d’harmoniques (qui représentent la somme entre une sinusoïde pure à 50 Hertz appelée la fondamentale et plusieurs sinusoïdes multiples de 50 Hertz appelées harmoniques*).

* On parle alors d’harmoniques de rang pair = 2, 4, 6,… qui sont les harmoniques de tension, et impair = 3, 5, 7,… les harmoniques de courant, qui sont les plus perturbants.

• Rang 3 : courant supplémentaire = 150 Hertz ( 3 x 50 Hz)
• Rang 5 : courant supplémentaire = 250 Hertz ( 5 x 50 Hz)
• Rang 7 : courant supplémentaire = 350 Hertz ( 7 x 50 Hz)
• Rang 11 : courant supplémentaire = 550 Hertz (11 x 50 Hz),…

harmoniques électriques

Un exemple de générateurs de pollution harmonique…

à l’intérieur des habitations :
– les lampes fluocompactes,
– les tubes fluorescents,
– les lampes à décharge gazeuse à basse et haute pression,
– les néons, les variateurs d’intensité lumineuse (dimmer),
– les ballasts électroniques pour éclairage,
– les chargeurs d’appareils,
– les appareils électroménagers, téléviseurs,
– les appareils électriques, les onduleurs,
– les équipements médicaux,
– les transformateurs d’ordinateurs, imprimantes, photocopieurs,
– le WiFi, les téléphones Dect, le CPL (Courant Porteur en Ligne),
– les compteurs communicants (Linky, Gazpar,…).

Autres solutions

• Passez le moins de temps possible à moins d’un mètre des appareils et câbles électriques (les HFT sont au moins 50 fois plus faibles au centre des pièces qu’au périmètre) ;
• Éteignez les circuits électriques non essentiels au moment de vous coucher ;
• Branchez les lampes et les autres appareils sans mise à la terre dans des extensions et prises de courant avec mise à la terre ;
• Remplacez les interrupteurs et les appareils de piètre qualité qui génèrent des arcs électriques, et faites tailler les branches d’arbres qui peuvent en provoquer lorsqu’elles touchent aux lignes de distribution ;
• Évitez les abat-jour et les réflecteurs métalliques car ils peuvent concentrer les radiations et les diriger vers vous ;
• Pour la même raison, dormez sur un lit avec un sommier et une structure en bois, et évitez les matelas à ressorts métalliques ;
• De même, la plomberie métallique devient un des trajets de retour du courant lorsqu’on y raccorde la mise à la terre (MALT) du système électrique. Si c’est le cas, faites transférer la MALT sur des tiges enfouies puis installez une section de tuyau de PVC entre votre plomberie
et l’aqueduc municipal pour vous isoler des courants que ce dernier transporte ;
• Demandez à votre compagnie de téléphone d’installer un filtre à radiofréquences sur votre ligne téléphonique, sinon demandez que l’on remplace votre ligne actuelle par une ligne blindée ;
• Si possible, remplacez le vieux câblage électrique installé sur boutons et tubes, isolé à l’étoffe.
Ces câbles présentent des risques d’incendie, tout comme les petits fusibles posés sur le vieux filage. Au lieu d’installer de plus gros fusibles, faites plutôt refaire le câblage ou redistribuer les charges électriques ;
• Portez des gants de caoutchouc lorsque vous lavez la vaisselle et tenez-vous sur une carpette non conductrice d’électricité, afin d’augmenter la résistance de votre corps au passage du faible voltage qui circule dans les éviers métalliques ;
• Lorsque vous utilisez un appareil sans fil, un écran cathodique, une couverture chauffante, un four à micro-ondes ou tout autre appareil générant des HFT élevées, assurez-vous de brancher un filtre Stetzerizer dans la même prise afin d’éviter que les HFT ne se propagent dans la maison.

<<< site de Navoti