Lettre à Monsieur le Président du Conseil constitutionnel Francis LALANNE

« J’irai droit au but : la Patrie est en danger. La France a cessé d’être un État de droit, c’est-à-dire un État où la Loi est l’expression de la volonté générale. Plus que jamais, les pouvoirs y sont concentrés dans les mains d’un seul homme, qui prétend décréter désormais ce qui est, ou n’est pas, d’intérêt général. Or, et point n’est besoin d’être un sage pour le comprendre, il est évident que l’intérêt général ne peut être déterminé par un particulier. »
Francis Lalanne

 

Retour en haut