La geste du Marquis de Morteterre La Jeunesse du Bretteur Remy Gratier de Saint Louis

 

Au détour du Festival du Fantastique Relais de l’Imaginaire à Launois-sur -Vence dans les Ardennes en juin dernier, j’ai eu le plaisir de croiser un auteur du nom de Rémy Gratier de Saint Louis .

Après une longue conversation très passionnante sur le Marquis de Morteterre et sur les ouvrages de l’auteur. Je suis repartie avec les 2 premiers tomes sous le bras et une dédicace. Ce livre d’une qualité exceptionnelle m’a appris tant et plus sur l’époque avec énormément de vocabulaire inconnue (un lexique en fin de chaque tome!), l’auteur nous gratifie d’informations historique de premier ordre. On est loin des héros classiques. J’ai eu l’impression de rentrer littéralement dans l’époque à sentir les odeurs d’épices sur les marchés et entendre les pas dans les ruelles sombres. J’attends avec impatience la suite des aventures de ce jeune bretteur.

Sylvie BAIKRICH

blog de l’auteur 

Résumé: En ce milieu de XVIIe siècle, le roi Louis XIV n’est encore qu’au début de son règne.
Noris, gentilhomme de dix-neuf ans, héritier d’une des plus anciennes et des plus troublantes familles du Gévaudan, archétype du jeune seigneur féodal, tout aussi féroce qu’implacable, est un bretteur aussi cynique qu’impitoyable, comme le fut en son temps son père, le marquis d’Enguerrand de Morteterre.
La redoutable efficacité du jeune héritier, rapière en main, associée à un caractère particulièrement belliqueux, venant à creuser un sanglant sillon au sein d’une aristocratie par trop friande de duels, finirent, en raison du nombre inacceptable de décès de fils de prestigieuses familles, par lui attirer les foudres de la justice royale.
Contraint par son père de quitter précipitamment le royaume, l’exil du jeune Noris le mènera sur l’île des chevaliers de Malte, auprès desquels il vivra de multiples aventures, les aidant dans leur combat contre les terribles corsaires barbaresques qui infestent la Méditerranée.

 

 

 

 

 

 

Commentaire de Rémy Gratier de Saint Louis:

C’est toujours un grand plaisir pour moi de savoir que mes écrits séduisent des lectrices et des lecteurs.

Merci beaucoup à vous de les faire connaître.

Retour en haut