Se souvenir de l’au-delà Romuald Leterrier & Jocelin Morisson

 

L’au-delà et l’ici-bas ne seraient séparés que par un mince voile qu’il est possible de lever. Une authentique communication, des échanges ou même des retrouvailles entre les vivants et les défunts seraient ainsi à notre portée. En faisant la synthèse de l’immense masse de données issues des expériences de mort imminente, de la médiumnité et de la transcommunication, et en revisitant les enseignements des chamanes de l’Amazonie à la Nouvelle-Guinée, les auteurs proposent d’aborder ce vaste sujet sous un angle pluridisciplinaire complètement nouveau.

Les auteurs se proposent d’aborder l’épineux sujet de la comunication entre les vivants et les morts en faisant la synthèse des innombrables données issues des expériences de mort imminente, de la médiumnité et des expériences de mort imminente, de la médiumnité et des enseignements des chamans ( de l’Amazonie à la Nouvelle-Guinée). Si l’au-delà est un ailleur hors du temps, expliquent-ils, la communication s’effectue par des signes, des messages ou des synchronicités, qui utilisent les formes aléatoires de la fumée, de la brume ou de l’eau, mais aussi desbugs informatiques, pour se manifester dans l’instant présent. Peut-on y voir le support d’une future technologie qui empruntera aussi bien à l’informatique et aux réseaux qu’au monde des rêves, cet espace de rencontre et de dialogue depuis la nuit des temps ? Notre futur collectif serait attiré vers un point de convergence, qui marque la réunion des consciences des défunts et des vivants: le point Oméga

Retour en haut