5 astuces pour aider les enfants à bien dormir

On se dit au début qu’il est trop petit, puis on pense aux pics de croissance, on suppose que c’est une poussée dentaire, puis l’angoisse de séparation, puis la marche, puis… ça ne s’est jamais arrangé. Si vous vous reconnaissez, sachez, chers parents, que vous n’êtes pas les seuls à vivre ce genre de situation. Avoir un sommeil de qualité est essentiel pour rester en bonne santé à l’âge adulte, mais aussi et surtout pour les enfants dont le cerveau est en développement constant. Cependant, avec l’omniprésence des écrans qu’il faudrait impérativement couper plusieurs heures avant de se mettre au lit, les plus jeunes sont plus que jamais sujets aux troubles du sommeil.

Tenir les appareils électroniques à l’écart

Comme on vous le disait plus haut, les écrans nuisent considérablement à l’endormissement, même s’ils sont utilisés plusieurs dizaines de minutes avant le coucher. « Bien que cela paraisse tentant de leur laisser un temps récréatif devant la télévision ou l’iPad, la lumière bleue émise par les écrans a un effet négatif sur la qualité du sommeil car il altère la mélatonine, l’hormone dite « du sommeil » qui régule les rythmes biologiques », explique l’expert du sommeil Neil Robinson. Et d’ajouter : « Il faut établir un environnement qui ne comprend aucune technologie au moins 30 minutes avant l’extinction des feux ». On peut également opter pour des veilleuses spécialement conçues pour aider l’enfant à s’endormir (les lampes d’appoint, elles, empêchent la diffusion naturelle de mélatonine dans l’organisme et peuvent nuire à l’endormissement).

Imposer des horaires de coucher stricts

Par « stricts », on entend « constants ». Les enfants ont besoin de se voir imposer une routine au moment du coucher qui, à terme, se transformera en une habitude. Attention cependant à ne fixer un horaire trop avancé, comme une grande partie des parents qui mettent à tort leur enfant au lit trop tôt. « Les enfants n’ont pas le même besoin de sommeil à tous les âges », déclare Sarah Ockwell-Smith, une « coach en sommeil ». Elle recommande entre 9 et 16 heures en l’espace de 24 heures pour les enfants en bas âge, entre 8 et 14 heures pour les enfants en maternelle, entre 7 et 13 heures pour les enfants âgés d’entre 5 et 11 ans et enfin entre 6 et 12 heures pour les ados. On veille également à ne pas les laisser dormir trop longtemps !

Créer un environnement paisible

Il faut pour cela faire marcher l’imagination de votre petite tête blonde, d’après Dani Binnington, une experte du « bon-vivre familial ». « Demandez à votre enfant quelles ont été ses vacances favorites ou quel est l’endroit qu’il préfère une fois qu’il est confortablement installé dans son lit. Les lumières sont éteintes et vous vous apprêtez à quitter sa chambre. Cela évoquera des souvenirs heureux et des émotions positives ». On privilégie les activités calmes comme prendre un bain qui s’avère très bénéfique puisqu’il permet de faire baisser la température du corps, phénomène qui survient naturellement quand on se prépare à dormir.

Surveiller l’alimentation

On évite tout ce qui est sucré et qui est susceptible de booster le niveau d’énergie des enfants, mais aussi… le fromage ! L’aliment accroîtrait les chances de faire des rêves et par conséquent, des cauchemars. « Si votre enfant a fait un cauchemar récemment, il redoutera de se coucher », explique Neil Robinson. Il recommande de donner à son bambin un fruit en dessert au moins 45 minutes avant qu’il aille au lit.

Faire appel à un géobiologue

Le but du géobiologue ? Passer toute votre habitation au peigne fin. La géobiologie est un art de vivre qui englobe le corps, l’esprit et l’harmonie du lieu. Ma mission permet d’obtenir des changements rapides sur le sommeil de votre chérubin. Grâce à l’écoute, l’observation et le conseil, j’aide à guérir votre lieu de vie. Ainsi, votre enfant retrouvera un sommeil paisible et vous pourez enfin dormir sur vos deux oreilles.

Grâce à son ouverture au monde invisible, le géobiologue peut détecter et mettre en évidence un déséquilibre énergétique afin d’aider votre enfant à tirer un trait sur ses troubles du sommeil, et ce, immédiatement. L’idéal est en effet de faire appel à cette pratique de manière préventive. Je vous conseille de ne pas attendre dans les cas suivants, trouble du comportement, troubles du sommeil, insomnie, cauchemars, terreur nocturnes, hallucinations, somnambulisme, refus d’aller dormir. Voici le témoignage d’une maman .

 Mais toutes autres raisons restent valables: rappelez-vous que votre lieu d’habitation est vivant et qu’il vous transmet l’énergie qui influencera votre humeur et votre sommeil.

Il vous reste des questions ?  Contact au 06 31 33 94 56

Retour en haut