Aérez, une hygiène du logement

 


L’aération d’un logement relève des mesures d’hygiènes de bon sens. Malgré cela, ce n’est pas toujours réalisé, bien souvent pour des raisons d’économie d’énergie en période hivernale ou la proximité d’un environnement bruyant, mais aussi tout simplement par manque d’habitude.
En cette période troublée par la Covid-19, le monde médical relayé par les politiques prône l’aération des logements pour réduire le risque pandémique. Pour cela, il est demandé d’aérer les locaux à raison de 10 minutes trois fois par jour. Cette recommandation fait partie des mesures efficaces pour lutter contre la contamination par le virus.
Concernant l’aération du logement, l’approche géobiologique est plus rigoureuse et contraignante, mais semble-t-il avec un meilleur résultat.

Pour le géobiologue, d’une part : la durée de 10 minutes a pour inconvénient d’entamer l’inertie thermique des murs créant une désagréable sensation de froid une fois les fenêtres fermées, et, d’autre part : les trois aérations forcées sont trop espacées les unes des autres tout au long de la journée, laissant les locaux plusieurs heures consécutives sans renouvellement d’air frais, créant un risque d’exposition au biocontaminant proportionnel avec le nombre de personnes présentes dans les locaux.

Pour le géobiologue, l’aération des locaux doit se faire de préférence plusieurs fois par jour, dans tous les cas bien plus que les trois fois préconisées. Dans l’idéal, il est recommandé une aération totale des pièces toutes les heures, d’une durée de 2 à 3 minutes seulement. Cette durée est amplement suffisante pour renouveler la totalité de l’air intérieur à condition d’ouvrir toutes les fenêtres afin de créer un courant d’air assez important pour changer la totalité de l’air et retrouver un air sain vivifiant, tout cela sans refroidir les murs et ainsi conserver une sensation de chaleur agréable.
Étant entendu que dans ce qui précède n’a pas été pris en compte les locaux disposant d’un système de ventilation performant capable d’éliminer la plupart des agents biologiques nocifs comme un virus. Même dans ces cas, il est toujours utile de bien aérer un logement.

Bernard OLIFIRENKO
Géobiologue,
Saint-Ferréol, le 16 octobre 2020

Retour en haut