La géobiologie au service de l’harmonie

source : www.maisonetharmonie.com
© MAISON&HARMONIE

Sylvie, tu pratiques la géobiologie, peux-tu nous expliquer d’où vient la géobiologie et à quoi elle sert ?

La géobiologie trouve ses fondements aux origines de l’humanité, dès l’instant où l’homme prend conscience que sa condition de vie est liée au milieu dans lequel il évolue. En ce temps-là, la pratique de la géobiologie ne porte pas de nom, elle est simplement une façon naturelle de rechercher les meilleurs conditions de vie. Ce n’est que plus tard dans l’Histoire que le mot « géobiologie » émergera. Le temps est maintenant venu de poser les fondements de la géobiologie comme hygiène de l’environnement. La pratique de cette discipline permet d’apporter une écoute, des réponses et une aide aux personnes confrontés à des situations ou à des questions liées à leur environnement, et qui peuvent apparaître plus ou moins rationnelle.

Sylvie Baikrich, géobiologue

Un regard sur le passé au origine de ce mot permet de constater que, dans l’Histoire de l’humanité, aucun terme ne vient vraiment recouvrir et désigner l’influence de l’environnement sur le vivant. Cette interrelation pourtant vécue, observée, décrite et racontée au fil de l’histoire n’est jamais nommée.

Le mot « géobiologie » vient comblée ce manque. En 1794, James Hutton(1726-1797), géologue, naturaliste, chimiste, médecin publie « Enquête sur les principes de la connaissance et du progrès de la raison, du sens à la science et à la philosophie », dont voici un extrait « Si un organisme n’ est pas dans la situation et les circonstances les mieux adaptés à sa subsistance et à sa reproduction, alors, en concevant une variété indéfinies entre les individus de cette espèce, nous sommes assurés que, d’une part ceux qui s’écartent de la constitution la mieux adaptée pour la circonstances présentes continueront à être les mieux adaptés en se préservant et en se multipliant ».

En 1899, Tito Vignoli (1824-1914) philosophe italien et professeur d’anthropologie publie dans la revue Journal des sciences biologique. Vignoli, qui apparaît à ce titre comme le tout premier géobiologue, y retrace les lois gouvernant la planète Terre et le Vivant. Le 1er dictionnaire de la langue française mentionnant le mot « géobiologue » est le nouveau Larousse Illustré de 1907.

En 1948, Ernst Hartmann (1915-1992) médecin allemand évoque ainsi la géobiologie : « La santé et le bien-être humain sont étroitement liés à la Terre sur laquelle ils vivent et aux relations qui en émanent. Une fois que cela aura été clairement compris,  une porte s’ouvrira sur une existence plus saine et plus heureuse pour chacun, et les maladies qui le menacent, telle l’épée de Damoclès, diminueront » .

En 1970 Dr Henri Quiquandon (1948-2009) Vétérinaire publie son ouvrage « Douze Balles pour un véto ». Il y traite de géobiologie en ces termes. « La nature de l’homme, de l’animal et de la plante ne peut être étudiée par fraction. C’est un tout qui vit dans un tout, lié à la Terre, au cosmos, au rythme, à la polarité dont la géobiologie devient cette science expérimental »

La Confédération Nationale de Géobiologie (CNG) créée en 2012 regroupant de nombreux professionnels dont moi-même donne la définition suivante : « La géobiologie est la discipline qui traite des relations de l’environnement, des constructions et du mode de vie avec le vivant. »

La géobiologie (hygiène de l’environnement), traite des conditions de vie actuelles et futures, sur le court, moyen et long termes, au sein d’un environnement multifactoriel quotidien. Elle recherche les meilleures conditions de vie possibles en termes de bien-être, de confort et de santé, pour l’ensemble du vivant dans la vie de tous les jours.

Quels sont les phénomènes géobiologiques et leur impact sur notre santé ? 

 

[btn text= »Lire la suite » tcolor=#000 bcolor=#008000 thovercolor=#FFF link= »https://www.maisonetharmonie.com/index.php/2020/07/04/la-geobiologie-au-service-de-lharmonie/ » target= »_self »]

 

Retour en haut