Vers une société tout numérique

Covid-19 : non au contrôle généralisé Le Gouvernement cherche à transférer aux individus la responsabilité de se prémunir face au virus par le biais d’une application numérique : Stop Covid. Cette dernière, une fois installée sur le téléphone d’une personne, permettrait de retracer l’historique de ses relations sociales.

Le Gouvernement prétend garantir le respect de la vie privée dans le cadre du RGPD (Règlement général de la protection des données, texte européen). Or il revendique une conservation des données «  générale et indifférenciée  » (sans limite de temps et de type de données) dérogatoire aux règles habituelles, plus protectrices. Par ailleurs, la promesse d’anonymisation de nos données est mensongère, particulièrement dans le domaine de la santé où quelques données médicales suffisent à retrouver n’importe quel patient. L’application ne serait efficace que si elle est installée par les trois quarts de la population. Or, les Singapouriens, très équipés et plus légitimistes, n’ont été qu’environ 20  % à installer une application similaire. En France, 23  % de la population ne possède pas de smartphone, et même 56  % des plus de 70  ans, les plus vulnérables face à cette pandémie. Et l’emploi d’un smartphone activé en permanence serait insupportable pour les personnes qui souffrent d’électrohypersensibilité. Par ailleurs, certains industriels proposent de généraliser des bracelets électroniques pour les personnes n’ayant pas de smartphone………

[btn text= »Article complet » tcolor=#000 bcolor=#008000 thovercolor=#FFF link= »https://lharmoniedardew.fr/wp-content/uploads/2020/06/Biocontact_313-Vers-une-société-tout-numérique.pdf » target= »_self »]

biocontact n°313

 

Retour en haut