« Restez chez vous » point de vue d’une géobiologue

Auteur Sylvie BAIKRICH Géobiologue

C’est du sérieux, restez chez vous ! Pourquoi cette désobéissance, pourquoi trouver que c’est un jeu. Non ce n’est pas un jeu ! Nous ne sommes pas plus malin que les Italiens, les chinois.

J’entends dire «  oui, je suis jeune, je ne risque rien ! »  Eh bien non ! Tout le monde ne va pas mourir, c’est sûr. Mais pourquoi prendre le risque de tuer les personnes que vous aimer, le mot est dur TUER . Des personnes fragiles, il y en a partout. Respectez les consignes, il y a des solutions, soyez créatif. Ce n’est pas facile, j’en suis consciente.

Le temps s’est enfin arrêté pour nous faire réfléchir, pour nous rendre plus fort. Allons à l’essentiel. C’est quoi le bonheur pour vous ?, l’Homme est fait pour les relations, le partage, la générosité, la bienveillance et l’Amour. Il n’est pas fait pour courir et encore courir mais  après quoi ? Le dernier Smartphone, la 5G, la dernière voiture à la mode, de beaux vêtements…. Prenez le temps de rire avec vos enfants, de lire, de jouer. Réapprenez la communication verbale sans écran.   Si vous êtes seul méditer, si vous pouvez aider vos voisins faite le. Prenez ce moment comme une chance.

Et si ne vous êtes pas encore convaincus, pour les plus récalcitrants je vais vous conter une histoire . Je suis géobiologue et par mon métier, je suis amenée en outre à me rendre sur des lieux dit « charger » cela fait partie de la mémoire des lieux. Vous allez peut- être penser « mais c’est quoi ce truc ! ». Mais pas grave, je continue sur ce rythme. Je suis amenée à me rendre sur des lieux chargés d’histoire. Je suis de la région Grand Est, territoire qui a eu beaucoup de catastrophe depuis des décennies, notamment les guerres. Les personnes m’appellent souvent, autant les entreprises, les particuliers ou les agriculteurs.

C’est pourquoi en fin d’année 2019, je suis appelée sur un lieu en Meuse. Depuis plusieurs mois, les machines de l’entreprise en question tombaient toujours en panne sans raison, les employés avaient des maladies hors du commun.  Ce lieu était un ancien champ de bataille de la guerre 14-18 et … vous allez le découvrir un peu plus loin. De ce fait, j’ai pratiqué le rituel des défunts, il se fait sur trois jours ou, plutôt trois nuits et à certaines périodes particulières de l’année. « Pourquoi ?» vous allez me dire. Comme dit mon ami Gilles « Parce que ! » .Nous y voilà,  à quelques dizaines de mètres de là dans un champ nous avons retrouvé un charnier datant environ de 1380, dû sans doute à la peste noire qui avait décimé un tiers de la population d’Europe à l’époque. Arrivé sur le site, j’ai commencé à avoir de grosses douleurs au niveau du ventre, des nausées et problème respiratoire, ainsi qu’une énorme colère et de l’incompréhension. Dès que je m’éloignais plus aucun symptôme.  C’était évident, ce que je ressentais ne m’appartenait pas !   Nous avons procédé à l’allègement du lieu avec différent procéder. Depuis des centaines d’années, ces personnes, ces âmes qui avaient été jetées là, étaient toujours sur le lieu. Elles éraient dans le bas astral, bloqué  entre deux mondes empêchant les vivants de vivre. C’était un simple appel au secours ! Des femmes, des enfants avaient été balancé là sans cérémonies. Depuis des centaines d’années, la colère était toujours présente.  Toutes avaient perdu leur nom, leur identité. Vous connaissez tous  l’expression « Errez comme une âme en peine ! » Mourir fait partie de la vie et les cérémonies aident aux passages, à aller vers la lumière. Avec l’aide de Gilles, nous avons délimité le charnier et réussi, non sans difficulté à faire monter toutes ces âmes afin d’apaiser le lieu. Et tout est rentré dans l’ordre.

Dans le Grand Est, il reste encore beaucoup de lieux à apaiser depuis des centaines d’années, et en ce moment le sort s’acharne. Alors restez chez vous, si vous ne voulez pas vous retrouver dans une fosse commune, incinérer sur un lieu inconnu,  loin de votre famille , sans cérémonie ou mourir seul. Comme cette femme qui est morte seule car ses enfants ne voulaient pas attraper le « c….s » ou cette mère qui vient de se faire incinérer seul, interdiction d’assisté à la crémation pour la famille et récupération des cendres le lendemain, quelle horreur !. Comment dire adieux dans ces conditions et faire le deuil.

En conclusion restez chez vous et prenez soin de vous.

Sylvie BAIKRICH Géobiologue

« Si je crois à l’inspiration ? Mais bien sûr ! Je crois même que tous les hommes sont inspirés. Cela s’appelle de l’intuition » Max Jacob

Retour en haut