Auteur Myriam Gablier INREES Jeremy Rifkin – Après le progrès, la résilience.

source : www.inrees.com
© INREES

Spécialiste des prospectives économiques et scientifiques, classé par plusieurs journaux américains comme l’une des personnalités les plus influentes politiquement, cet activiste « presque optimiste » nous parle de demain…

Bio express
Jeremy Rifkin est un économiste, conseiller politique et activiste américain, fondateur et président de la Foundation on Economic Trends – FOET (Fondation pour les tendances économiques). Il est l’auteur d’une vingtaine de best-sellers dont Le new deal vert mondial.

À 74 ans, Jeremy Rifkin enchaîne les interviews. « Nous allons vivre le moment le plus difficile de l’histoire de l’humanité. Il faudra être résilients », déclare-t-il alors que nous sommes encore en train de nous installer. Rencontre avec ce conseiller de la Commission européenne et du Parlement européen, de la chancelière allemande Angela Merkel et de nombreux premiers ministres, ou encore de la République populaire de Chine.

Que se passe-t-il dans le monde actuellement, pourquoi avons-nous besoin de changer nos fonctionnements ?

Les êtres humains sont apparus il y a quelque 200 000 ans. Nous sommes l’espèce la plus jeune sur cette planète. Cependant, le train de vie que nous avons développé sur les deux derniers siècles, notre civilisation fondée sur l’énergie fossile, font que notre production de CO2 est en train de générer une sixième extinction de masse. Cette information primordiale ne fait pourtant pas les gros titres. La vie sur Terre a déjà connu cinq extinctions de masse, la dernière date d’il y a 65 millions d’années. Il a fallu à chaque fois 10 millions d’années pour que de nouvelles formes de vie prospèrent. Aujourd’hui, les scientifiques nous disent que nous allons perdre 50 % des espèces vivantes en moins d’un siècle. Nous entrons dans la période de crise la plus importante que nous n’ayons jamais eu à gérer. L’an dernier, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) des Nations Unies a publié un avertissement prudent. Il indique que nous avons une douzaine d’années pour complètement transformer notre civilisation. Car si le réchauffement climatique dépasse 1,5 degré, cela déclenchera une cascade d’événements qui pourraient nous mener vers un monde sans humains. La bonne nouvelle est que des millions de jeunes descendent dans la rue pour nous alerter.

Quelles sont les étapes de cette observation ?

Premièrement, le mental va ralentir, car le fait de l’étudier, de voir comment il fonctionne, de l’observer, a pour effet de le calmer. En ralentissant, il commence à se dissoudre, car il n’existe que parce qu’il bouge et qu’il est sans arrêt en train de « fabriquer » quelque chose. Et c’est là qu’un espace va pouvoir se libérer. Ensuite, l’esprit rejoint le coeur… Parce que la racine de l’esprit, c’est le soi, le coeur, c’est ce qu’on va découvrir. Le tout, c’est de ne plus le conceptualiser, de ne plus se séparer de cet espace, mais plutôt de se dissoudre dans l’espace ! Ça a l’air compliqué, mais cela arrive souvent : à chaque fois qu’on est vraiment heureux, amoureux, le moi comme identité n’existe plus. On est complètement dans la sensation de bien-être, d’amour. À ce moment-là, on est cet amour, ce bonheur, il n’y a plus de séparation. Dès qu’on se dit « ah oui, je suis heureux », on est déjà un peu séparé… On commente… Mais quand on est dans la sensation, on ne réfléchit pas, le coeur s’ouvre. Elle est toujours là, cette extase de liberté, mais on ne la voit pas, tellement on est entraîné à la contracter tout le temps, à l’emprisonner.

[btn text= »Lire la suite » tcolor=#000 bcolor=#008000 thovercolor=#FFF link= »https://www.inrees.com/articles/jeremy-rifkin-new-deal-progres-resilience/ » target= »_self »]

 

Retour en haut