Les effets de l’électromagnétisme sur la santé

Classé dans : ELECTROMAGNETISME | 0

Effets des champs électromagnétiques sur la santé

mesure-fazup

 

Des effets avérés ou supposés

Les champs électromagnétiques peuvent avoir des conséquences sur la santé des salariés exposés. Leurs effets sur l’organisme peuvent être directs : échauffement des tissus biologiques, stimulation du système nerveux, troubles visuels… Ils peuvent être indirects, en provoquant des blessures ou en aggravant une situation de travail dangereuse : projection d’objets ferromagnétiques, déclenchement d’une explosion ou d’un incendie… Le point sur les effets connus et sur ce qui reste à démontrer.

Pour une très large gamme d’intensités, les champs électromagnétiques peuvent avoir des effets, directs ou indirects, sur la plupart des systèmes physiologiques. Ils peuvent également perturber le fonctionnement des implants médicaux actifs comme les pacemakers. La survenue de tels effets à court terme est réduite par le respect des valeurs limites et des bonnes pratiques de prévention.

La directive européenne 2013/35/UE du 26 juin 2013 concernant les prescriptions minimales de sécurité et de santé relatives à l’exposition des travailleurs aux risques dus aux champs électromagnétiques donne des valeurs seuils en fonction des effets sur la santé.

Effets directs des champs statiques, électriques ou magnétiques

Les champs électriques statiques peuvent provoquer des réactions cutanées. En effet, ils induisent au niveau de la peau des personnes exposées une modification de la répartition des charges électriques. Cette modification est perceptible surtout au niveau des poils et des cheveux (seuil de perception : 10 kV/m, seuil de sensations désagréables : 25 kV/m).

Les champs magnétiques statiques peuvent être à l’origine :
– d’une modification de l’électrocardiogramme (ECG),
– d’effets sensoriels (nausées, vertiges, goût métallique, perception de taches lumineuses) en cas d’exposition à un champ magnétique statique de très grande intensité (supérieur à 2 T).

Effets directs dus aux courants induits

Ces effets sont fonction de la densité de courant induit dans l’organisme humain (produit du champ électrique interne et de la conductivité du corps humain). L’unité de cette densité de courant induit est l’ampère par mètre carré (A/m2).

Effets dus aux courants induits en fonction de leur densité (valeur efficace en mA/m2)

  • Inférieure à 10 : pas d’effet connu sur la santé
  • De 10 à 100 : effets visuels et nerveux, soudure des os
  • De 100 à 1 000 : stimulation des tissus excitables
  • Supérieure à 1 000 : fibrillation

Valeurs exprimées en milliampères par mètre carré (mA/m2)

Cancérogénicité

Sur la base de plusieurs études épidémiologiques mettant en évidence un risque accru de leucémie chez des enfants vivant à proximité de lignes à haute tension, le CIRC a classé les champs électromagnétiques basse fréquence (inférieur à 100 kHz) comme « peut-être cancérogènes pour l’homme » (groupe 2B).

En 2011, le CIRC a également classé les champs électromagnétiques de radiofréquences comme « peut-être cancérogènes pour l’homme » (groupe 2B). Ce classement a été établi à suite à quelques études épidémiologiques, sur la base d’un risque accru de gliome (un type de cancer malin du cerveau) associé à l’utilisation de téléphone sans fil.

À ce jour, il n’a pas été possible d’établir un lien de causalité entre les expositions incriminées et l’apparition de leucémies.

De manière générale, les études sont, à ce jour, insuffisantes pour conclure définitivement sur le caractère cancérogène ou non des champs électromagnétiques basse fréquence.

Troubles visuels

Des personnes soumises à un champ magnétique variable (autour d’une fréquence de 20 Hz et au-dessus d’un seuil d’intensité de 10 mT) ressentent parfois des troubles visuels, caractérisés par la perception de taches lumineuses appelées magnétophosphènes.

Hyperthermie due aux champs haute fréquence

Lors de l’exposition à un champ haute fréquence (supérieur à 100 kHz), l’énergie absorbée par les tissus biologiques peut entraîner une augmentation de la température du corps entier (hyperthermie) ou d’une région. Cependant, le corps humain est capable, jusqu’à un certain point, de lutter contre cet échauffement par la thermorégulation.

L’exposition accidentelle à de fortes puissances peut entraîner des brûlures superficielles ou profondes.

Effet auditif dû aux impulsions hautes fréquences

Certaines personnes peuvent percevoir un effet auditif, spécifiques aux ondes pulsées hautes fréquences (de 0,3 à 6,5 GHz). Cette sensation est souvent décrite comme un « clic ». Les radarssont les principales sources susceptibles de générer cet effet.

Hypersensibilité électromagnétique et symptômes non spécifiques

Quel que soit le type de champ électromagnétique, certaines personnes se plaignent de symptômes non spécifiques tels qu’asthénie physique ou musculaire voire douleurs musculaires, fatigue, pertes de mémoire ou apathie contrastant avec une irritabilité anormale, troubles du sommeil, maux de tête, vertiges, malaise… L’inquiétude vis-à-vis de ce risque peut elle-même induire des effets sans rapport avec le risque réel.

Pour ces symptômes, non spécifiques et réversibles, il est difficile de préciser le rôle de l’exposition aux champs électromagnétiques, qu’elle soit environnementale ou professionnelle.

L’Homme ne réagit pas de manière uniforme lorsqu’il est exposé à un champ électromagnétique. Il est établi qu’une exposition de courte durée à des champs électromagnétiques très intenses peut être dangereuse pour la santé. Les craintes qui se manifestent concernent surtout les éventuels effets à long terme que pourrait avoir une exposition à des champs électromagnétiques d’intensité inférieure au seuil d’apparition de réactions biologiques aiguës.

Par exemple, les utilisateurs de téléphones portables sont exposés à des champs dont l’intensité est beaucoup plus élevée que dans l’environnement normal. Toutefois, il n’a pas été démontré que l’intensité de ces champs, si élevée qu’elle soit, produise un effet sanitaire. De nombreuses incertitudes scientifiques demeurent et il est recommandé d’avoir une utilisation raisonnable et maîtrisée du téléphone mobile.

Effets indirects

Les champs électromagnétiques peuvent être à l’origine d’effets indirects susceptibles de provoquer des dommages sur l’homme, d’être à l’origine d’un incident ou d’un accident, ou d’aggraver une situation de travail dangereuse.

Il peut s’agir :

  • du déclenchement d’une explosion ou d’un incendie du fait d’un arc électrique,
  • d’un dysfonctionnement de systèmes comprenant de l’électronique.

     

Les effets indirects spécifiques aux basses fréquences sont dus aux courants de contact lorsqu’une personne et des objets métalliques se trouvant dans le champ rentrent en contact. Les effets apparaissent à partir de certains seuils dépendant de leur fréquence.

L’ensemble des effets indirects de l’exposition aux champs électromagnétiques est précisément décrit dans le guide pratique INRS «  Exposition des travailleurs aux risques dus aux champs électromagnétiques. Guide d’évaluation des risques » (ED 6136 / chapitre 2).

Effets sur les implants médicaux

Les implants passifs (broches ou plaques par exemple), lorsqu’ils contiennent des matériaux ferromagnétiques, peuvent être parcourus par des courants induits à l’origine d’échauffement des tissus en contact avec l’implant. Sous l’effet de champs magnétiques statiques intenses, le risque est alors le déplacement de l’implant par attraction.

Les implants actifs (stimulateur cardiaque, défibrillateur, stimulateurs neurologiques, valves neurologiques, prothèses auditives, pompes à insuline) peuvent subir des dysfonctionnements électriques et/ou électroniques (déprogrammation, reprogrammation, arrêt, stimulation ou inhibition inappropriés).

Effets sur la grossesse

Les risques pour la grossesse liés à une exposition aux champs électromagnétiques sont présentés dans la brochure INRS « Grossesse et champs électromagnétiques » (ED 4216). Il apparaît de façon générale que l’exposition aux champs électromagnétiques aux niveaux les plus fréquemment rencontrés ne semble pas accroître le risque d’avortement spontané, de malformations ou de faiblepoids de naissance.

Mais la perception d’un risque peut elle-même induire des effets non directement liés à la cause. C’est pourquoi, en lien avec le médecin du travail, il peut être préférable dans le cadre d’une politique de prudence et dans l’attente d’une meilleure connaissance scientifique de conseiller d’écarter unesalariée enceinte des postes de travail exposés.

Les différents types de pollutions électromagnétiques

Classé dans : ELECTROMAGNETISME | 0

Les différents types de pollutions électromagnétiques

antenne relais revin

Les systèmes de communications et technologies sans

fil génèrent un brouillard d’ondes invisibles, nommé

«électrosmog», mélange d’ondes radio, d’hyperfréquences

(micro-ondes), de basses et d’extrêmes basses fréquences.

Voici quelques unes des sources principales d’électrosmog :

> technologies utilisées pour la téléphonie mobile (64

millions d’abonnés en France pour 64 millions de français,

300 000 antennes relais en fréquences GSM, UMTS, 3G,

4G, ainsi que plus de 150 000 Répétiteurs Hertziens),

> WiFi créé à l’origine pour un usage de réseau

informatique et utilisé maintenant pour bien d’autres

fonctions (babyphones, consoles de jeu, téléphonie,

internet et TV sur tablettes (type iPad), sur téléphones

portables et iPod WiFi utilisés couramment par les

adolescents pour échanger sur les réseaux sociaux…).

Le Wifi est activé dans plus de 70 % des foyers, souvent à l’insu de son

propriétaire car préprogrammé par défaut par les opérateurs au moment de la

livraison de la «box», même en utilisant les câbles. Il est disponible dans de

nombreux lieux publics, alors même que cette technologie est interdite dans les

écoles en Angleterre, en Allemagne et en Autriche et qu’un rapport parlementaire

récent préconise de faire de même dans toutes les écoles d’Europe, jetant le

trouble sur l’avenir de l’usage des tabletPC et des tableaux numériques en voie

de déploiement dans l’enseignement.

> les téléphones sans fi l de type «DECT» ont leur base qui émet

en permanence, à de très rares exceptions près, dès qu’ils sont connectés

au courant. Ils émettent le même type d’ondes que ceux d’antennes de

téléphonie mobile tout en étant plus proches des habitants de la maison

ou des employés au bureau.

> et les autres techniques sans fi l de type Wi-max, Bluetooth, Tétra,

TNT pour la télévision numérique…

Les risques liés à ces champs électromagnétiques sont réputés certains puisque

les assureurs refusent de les couvrir… Et qu’en date du 6 mai 2011, une

résolution du conseil de l’Europe est adoptée pour mettre en garde les différents

pays de l’Union sur « Le danger potentiel des champs électromagnétiques et

leurs effets sur l’environnement ». Toute ressemblance avec le risque OGM,

nucléaire et nano-technologique est fortuite…

Évidemment, toutes ces agressions peuvent générer

un impact non négligeable sur notre fonctionnement

général et notre santé. En tant qu’ « homme

électromagnétique », c’est bien l’inocuité des ondes

sur le vivant qui serait surprenante. Il faut inverser la

charge de la preuve !

La particularité de ces ondes est qu’elles agissent sans

que nous puissions nous en douter puisqu’elles sont

inodores, invisibles et non audibles pour la majorité

d’entre nous. Cependant, des personnes sensibles qui en ont développé la

sensation, volontairement ou non, les ressentent y compris parfois de manière

douloureuse.

Voilà pourquoi il nous paraît indispensable qu’après la lecture de ces pages

émerge le besoin d’adopter des règles d’hygiène électromagnétique. Celles-ci

vous permettront d’agir en toute conscience sur ces ondes sans attendre la goutte

de trop qui vous fera basculer dans un état d’électrosensibilité contraignant. Il

s’agit non plus seulement de prévenir un risque, mais de préserver son intégrité

Géotellurique Santé et Habitat