Les différents types de pollutions électromagnétiques

Classé dans : ELECTROMAGNETISME | 0

Les différents types de pollutions électromagnétiques

antenne relais revin

Les systèmes de communications et technologies sans

fil génèrent un brouillard d’ondes invisibles, nommé

«électrosmog», mélange d’ondes radio, d’hyperfréquences

(micro-ondes), de basses et d’extrêmes basses fréquences.

Voici quelques unes des sources principales d’électrosmog :

> technologies utilisées pour la téléphonie mobile (64

millions d’abonnés en France pour 64 millions de français,

300 000 antennes relais en fréquences GSM, UMTS, 3G,

4G, ainsi que plus de 150 000 Répétiteurs Hertziens),

> WiFi créé à l’origine pour un usage de réseau

informatique et utilisé maintenant pour bien d’autres

fonctions (babyphones, consoles de jeu, téléphonie,

internet et TV sur tablettes (type iPad), sur téléphones

portables et iPod WiFi utilisés couramment par les

adolescents pour échanger sur les réseaux sociaux…).

Le Wifi est activé dans plus de 70 % des foyers, souvent à l’insu de son

propriétaire car préprogrammé par défaut par les opérateurs au moment de la

livraison de la «box», même en utilisant les câbles. Il est disponible dans de

nombreux lieux publics, alors même que cette technologie est interdite dans les

écoles en Angleterre, en Allemagne et en Autriche et qu’un rapport parlementaire

récent préconise de faire de même dans toutes les écoles d’Europe, jetant le

trouble sur l’avenir de l’usage des tabletPC et des tableaux numériques en voie

de déploiement dans l’enseignement.

> les téléphones sans fi l de type «DECT» ont leur base qui émet

en permanence, à de très rares exceptions près, dès qu’ils sont connectés

au courant. Ils émettent le même type d’ondes que ceux d’antennes de

téléphonie mobile tout en étant plus proches des habitants de la maison

ou des employés au bureau.

> et les autres techniques sans fi l de type Wi-max, Bluetooth, Tétra,

TNT pour la télévision numérique…

Les risques liés à ces champs électromagnétiques sont réputés certains puisque

les assureurs refusent de les couvrir… Et qu’en date du 6 mai 2011, une

résolution du conseil de l’Europe est adoptée pour mettre en garde les différents

pays de l’Union sur « Le danger potentiel des champs électromagnétiques et

leurs effets sur l’environnement ». Toute ressemblance avec le risque OGM,

nucléaire et nano-technologique est fortuite…

Évidemment, toutes ces agressions peuvent générer

un impact non négligeable sur notre fonctionnement

général et notre santé. En tant qu’ « homme

électromagnétique », c’est bien l’inocuité des ondes

sur le vivant qui serait surprenante. Il faut inverser la

charge de la preuve !

La particularité de ces ondes est qu’elles agissent sans

que nous puissions nous en douter puisqu’elles sont

inodores, invisibles et non audibles pour la majorité

d’entre nous. Cependant, des personnes sensibles qui en ont développé la

sensation, volontairement ou non, les ressentent y compris parfois de manière

douloureuse.

Voilà pourquoi il nous paraît indispensable qu’après la lecture de ces pages

émerge le besoin d’adopter des règles d’hygiène électromagnétique. Celles-ci

vous permettront d’agir en toute conscience sur ces ondes sans attendre la goutte

de trop qui vous fera basculer dans un état d’électrosensibilité contraignant. Il

s’agit non plus seulement de prévenir un risque, mais de préserver son intégrité

Géotellurique Santé et Habitat