SPECIAL FETE – OUVERTURE

Classé dans : BIEN-ETRE | 0

 

 

Notre nouvel espace bien être :

Toujours soucieuse de votre bien-être, l’Harmonie d’Ardwen aura le plaisir de vous retrouver dans un nouvel espace détente aux couleurs épurées pour un moment relaxation.
Pour les soins corporels, le salon est transféré au cœur de Charleville-Mézières Natur’arduinna 17 rue d’Aubilly à compter du 1er décembre 2018.

Retrouvez nos différentes prestations et informations sur notre site internet 

Nos différents massages 
Les prises de rendez-vous se font toujours au 06.31.33.94.56

A très bientôt dans notre nouveau salon.

SPECIAL OUVERTURE

Bon cadeau

Harmonisation d’un espace pour les thérapeutes 

Témoignage de Elise Viple Natur’Arduinna www.naturarduinna.fr 

« Une véritable harmonisation du lieu qui sublime tout le potentiel de mon cabinet pour en faire un « écrin de verdure » en pleine ville.

C’est devenu un lieu qui respire le Bien-Être et la Nature.

Encore un grand merci à Sylvie »

 

 

« Les maladies sont des crises guérisseuses », Irène Grosjean

Classé dans : BIEN-ETRE | 0

 

 

  • Née dans les Vosges en 1930, Irène Grosjean est docteur en naturopathie. Depuis 1958, elle reçoit en consultations et anime des stages de cuisine vivante chez elle, en Provence, mais aussi au Maroc, en Grèce et en Belgique.
  • Née dans les Vosges en 1930, Irène Grosjean est docteur en naturopathie. Depuis 1958, elle reçoit en consultations et anime des stages de cuisine vivante chez elle, en Provence, mais aussi au Maroc, en Grèce et en Belgique.

À 87 ans, Irène Grosjean continue de transmettre avec passion l’enseignement d’Hippocrate : « Que ton aliment soit ton seul médicament ! » À Graveson, en Provence, cette papesse de la naturopathie partage avec nous son point de vue sur ce que nous appelons « maladies ».

Alternative Santé. Dans vos stages et vidéos, vous invitez à repenser une « philosophie de la santé ». Comment reliez-vous l’une à l’autre ?

Irène Grosjean. Le froid est l’absence de chaleur : on ne combat pas le froid, on apporte de la chaleur. De la même manière, on ne combat pas la maladie, on refait la santé et la maladie disparaît. Il n’y a pas à combattre la maladie. Sous l’influence de la peur, on peut être tenté de mettre un terme à cet épisode pénible, mais la lutte est un comportement de guerre, qui ne peut faire que de nouvelles victimes. Il faut comprendre pourquoi l’organisme souffre. Ce que nous nommons « maladies », les vieux Japonais les appelaient « crises guérisseuses ». Le corps appelle au secours pour se libérer de ce qui l’encombre. Dès lors, la véritable médecine est de l’aider à se nettoyer.

La diète et le jeûne contribuent-ils à ce nettoyage ?

Oui, comme le font spontanément les animaux sauvages qui, contrairement à nous, ont gardé l’intelligence universelle. Le corps ne peut pas à la fois éliminer profondément et digérer. La digestion occupe environ 50 % de notre énergie, il n’en reste donc pas suffisamment pour faire grand-chose d’autre, encore moins pour éliminer nos déchets.

Pourquoi prenez-vous exemple sur les animaux sauvages ?

Parce que nous avons exactement le même système digestif que celui des grands singes. Les gorilles, les chimpanzés et les orangs-outans ont des intestins très longs et des reins très faibles, leurs guenons ont des règles et portent leur petit durant neuf mois. On ne peut pas être plus proches ! Et de quoi se nourrissent-ils ? De cueillette. À l’origine, l’homme était cueilleur. Pour des raisons que nous ignorons, à partir du moment où il s’est mis à chasser, il a cuit ses aliments.

La cuisson des aliments est-elle notre problème essentiel ?

Notre péché originel, oui ! Quand on cuit des aliments, ils perdent leur énergie. Automatiquement, il va falloir compenser avec des excitants. Avec les sucres lents, il y aura du café ou du thé, et avec la viande, de l’alcool. Nous avons créé de quoi compenser ce que notre corps ne trouve plus par l’alimentation cuite. Or, lorsque nous mangeons des aliments qui ne sont pas faits pour notre corps, notre système digestif ne peut pas les digérer totalement. Cela laisse des résidus toxiques dans les liquides interstitiels, que les anciens appelaient les « humeurs ». Chaque fois que notre corps veut rétablir son équilibre, il tente d’expulser ces résidus. Cela lui demande énormément d’énergie. On ressent alors de la fatigue, voire de la douleur si c’est de l’acide urique produit par les viandes et les produits laitiers, ou de la gêne si ce sont des viscosités et des glaires produites par tous les sucres lents.

Vous alertez en particulier sur les dangers des excitants…

Un jour, alors que j’étais à la banque, mon banquier me demande : « Madame Grosjean, que pensez-vous du café ? » Je lui ai répondu : « Et vous, que pensez-vous des chèques sans provision ? » Les molécules dopantes du café ou du thé ne font que pomper l’énergie qu’ils semblent nous donner. À force d’épuiser les réserves, le compte est à découvert, et c’est la dépression. Idem avec l’alcool, après la fête vient toujours la défaite.

D’où viennent nos maladies ?

Elles sont les conséquences des résidus de notre alimentation. Nous sommes toutes et tous porteurs de déchets mal évacués tout au long de notre vie. Quand il y a trop de résidus dans les humeurs, ils pénètrent dans les cellules. Alors soit ils déprogramment le cerveau, ce qui ouvre la voie aux cancers ; soit ils le sclérosent, et cela crée un diabète ; soit il le paralyse, et cela donne Parkinson ; soit il le déconnecte, et l’on tombe dans les folies meurtrières et les suicides. Quand j’étais enfant, ces derniers étaient rares. Aujourd’hui, ils touchent de plus en plus de gens, de plus en plus jeunes.

Les résidus dans la cellule seraient-ils le point de départ de nos problèmes de santé ?

Oui, ils incrustent la maladie. Résultat, les pathologies sont de plus en plus complexes à soigner et le dictionnaire des affections ne cesse de s’agrandir. On a créé des vaccins et vacciné tous les enfants pour qu’ils ne tombent pas malades, ce qui est antinaturel, car lorsqu’on est malade, c’est que le corps évacue. Si ce n’est pas possible, le corps stocke ses résidus dans les humeurs, enfermant la maladie profondément. Et plus les cellules baignent dans un milieu empoisonné, plus elles sont en demande du produit qui les empoisonne. Donc on ne fait que s’intoxiquer un peu plus.

Comment détecter ces traces résiduelles intoxicantes ?

Tournez la tête de droite à gauche : vous entendez ces petits bruits de cailloux ? Ce sont des cristaux d’acides uriques, stockés sous forme de minuscules sels. Dès lors que le corps a un brin d’énergie supplémentaire – qui peut être celle du printemps, des pollens, du soleil –, il va en profiter pour les expulser en les faisant fondre. En fondant, l’acide brûlera les émergences nerveuses, mais cette combustion crée des douleurs, souvent au niveau articulaire. Ainsi, chaque fois qu’on a mal quelque part, c’est que le corps essaie d’expulser le petit dépotoir stocké à cet endroit. On peut l’aider en faisant travailler les reins, en favorisant la transpiration. Ou en coupant notre système sensitif.

Ce qui revient à ne plus rien sentir ?

Le vivant est fait d’ondes, tout est ondes, on le sait maintenant. Les animaux savent les capter : quand il y a un danger, ils se sauvent. Quant à l’individu, plus il est empoisonné, plus ses humeurs sont toxiques, plus il est en fréquence basse. Le cerveau est composé de cellules qui sont à la fois capteurs et émetteurs. Lorsqu’elles fonctionnent bien, elles nous relient à l’intelligence universelle. Mais nous avons perdu cette guidance cosmique et l’avons remplacée par l’intellect. Un être en parfaite santé a un corps solide, la joie de vivre, des idées claires et créatives, de l’énergie pour les réaliser. Avec ça, il a tout ce qu’il lui faut.

Quels maux vous rapportent les gens que vous recevez en consultation et en stage ?

Il y en a vraiment de toutes sortes. Chaque personne est un cas unique, et les systèmes immunitaires ne se ressemblent pas. Mais je ne soigne pas les pathologies, j’aide les individus. Si la plupart rencontrent des problèmes émotionnels et physiques, la constipation est la première pathologie. Hier, j’ai vu une femme qui n’est pas allée aux toilettes depuis trente-huit jours ! D’ailleurs, à l’heure actuelle, quantité de bébés ne vont à la selle qu’une fois tous les trois jours à cause du lait dit « maternisé » que l’on a vendu aux femmes pour nourrir leur enfant.

Quels sont vos conseils pour retrouver une alimentation favorisant la santé ?

Notre nourriture de base, ce sont les végétaux crusLes fruits sont l’essence du moteur, ils apportent l’énergie ainsi que le vrai sucre. Les légumesassurent l’entretien de la carrosserie, car les minéraux alimentent le système physiologique. Par « vrai sucre », j’entends celui issu de fruits ayant puisé de l’énergie dans l’air, la terre, l’eau et le soleil pour pousser, pas du sucre blanc raffiné. Souvenez-vous, surtout, que l’âme est faite pour aimer, pour choisir : les fruits et les légumes que nous aimons le plus sont ceux dont nous avons le plus besoin. Donc ne nous posons pas trop de questions, faisons comme les animaux sauvages, mangeons ce qui nous fait le plus de bien et évitons les mélanges, aucun animal ne se fait de soupe !

Aternative santé n°60

 

Les pouvoirs guérisseurs de la forêt : Sylvothérapie

Classé dans : BIEN-ETRE | 0

Retour à soi

Une impression de force et d’éternité, immuable qui nous pénètre tout entier.

La forêt est le lieu où l’on se sent faire partie d’un grand tout universel.

Où tout est réalité

Se laisser peu à peu imprégnier par la beauté du lieu, sentir le calme irradier, jusqu’à la racine de nos cheveux. Et là, respirer profondément.

Lorsque nous nous connectons aux chants des oiseaux, aux odeurs, aux couleurs, au goût des bais sauvage ou aux textures de la forêt, nos cinq sens sont en éveil et, en se ressourçant, notre corps restaure son système immunitaire, dort mieux et gagne en force et en concentration. Une pratique vitale tant nous sommes déconnectés de la nature.

C’est pour quoi Sylvie ( géobiologue- sylvothérapeute) nous emmène depuis plusieurs années dans la forêt profonde des Ardennes, se reconnecter à notre vrai réalité, notre moi profond. Et prochainement sur notre site le reportage de toutes nos sorties de cette été, encore un peu de patience !

Une marche de deux heures au milieu des arbres abaisse la pression artérielle, améliore les fonctions cardio-vasculaires et le système immunitaire, diminue le taux de glycémie et les marqueurs du stress et aide à mieux dormir. Des bénéfices mesurés scientifiquement par le Dr Qing Li de l’université de Tokyo (Japon).

L’homme est en passe de devenir une espèce urbaine. Selon les chiffres de l’ONU, la population mondiale peuplant les villes est passée de 746 millions d’individus en 1950 à 3,9 milliards en 2014. En 2050, ce sont 75 % des 9 milliards de personnes peuplant la planète qui vivront en ville. Non seulement en ville, mais encore dans les bâtiments, travail et modes de vie contribuant à faire de nous une espèce d’intérieur. À l’heure actuelle, les Européens passent ainsi 90 % de leur temps dans des espaces clos, de la maison au bureau en passant par les transports et certains loisirs (musées, cinéma, etc.).

Or cette façon de vivre éloignée de la nature engendre du stress, des troubles du sommeil et de l’humeur et, plus généralement, des dérèglements au sein des grands cycles naturels de nos organismes participant à la régulation de notre santé. Le problème est encore plus prégnant dans les mégalopoles.

Le mal des cités

À Tokyo (Japon), ville la plus peuplée au monde, on compte 13,5 millions d’habitants et une densité de population de 6 158 personnes au kilomètre carré (contre 2 844 pour Paris, par exemple). De tels chiffres, associés aux longs trajets des banlieusards pour se rendre à leur travail, au stress professionnel et au fait de rester quasiment toute la journée devant un écran, confinent à l’extrême fatigue, à la dépression et au burn-out (syndrome d’épuisement au travail) de nombreux Tokyoïtes, quand ce n’est pas à une addiction aux écrans.

Autant de raisons qui ont poussé le Dr Qing Li, médecin immunologiste au Département d’hygiène et de santé publique de l’université de médecine de Tokyo, à se pencher sur une ancienne pratique apparemment anodine : la marche en forêt. Ou plutôt le « bain de forêt », démarche consistant à s’immerger dans l’atmosphère d’une forêt et à s’en imprégner par l’intermédiaire de nos cinq sens : respirer les odeurs de la terre et des essences d’arbres, regarder la couleur des feuilles, des fleurs, du sol, des troncs et des branches, sentir sur sa peau l’air chaud ou frais qui passe à travers le feuillage, écouter le bruissement des feuilles, le bruit d’un cours d’eau, le gazouillis des oiseaux, ou encore goûter les délicats arômes qui emplissent l’air des forêts… Ce n’est qu’une fois mis tous les sens en éveil que peut démarrer la reconnexion à la nature.

>> lire la suite de Alternative santé  Quand la forêt nous soigne

 

 

.

 

C’est quoi le bonheur pour vous ? David LAROCHE

Classé dans : BIEN-ETRE | 0


 

Interview réalisée par Julien Peron directeur de l’agence de communication Neo-bienêtre, http://www.citationbonheur.fr/ David Laroche est conférencier et formateur spécialisé dans le développement de la confiance en soi, de la communication et du leadership. Il intervient auprès des particuliers et des entreprises pour leur partager des outils concrets orientés résultats. Il est passionné dans tout ce qui attrait à l’excellence humaine. En particulier la PNL (Programmation neuro linguistique), l’énneagramme et enfin l’hypnose. Pourquoi certains réussissent mieux que d’autres ce qu’ils entreprennent? c’est la question qui l’habite au quotidien.

C’est quoi le bonheur pour vous ?

Classé dans : BIEN-ETRE | 0

C’est quoi le bonheur pour vous ?

 

« Notre monde actuel est pris dans cette frénésie du toujours plus, de l’activisme, de l’accumulation des richesses alors que l’homme a besoin de bien peu de choses pour être heureux. L’essentiel de son bonheur ne relève pas de ses possessions, mais de la paix de l’âme. »

Frédéric Lenoir
(L’âme du monde)

 Parce que le 20 mars prochain, c’est la journée du bonheur parce qu’on a entendu l’appel du Festival pour l’école de la vie, parce qu’on a adoré le reportage de Julien Peron et parce qu’on avait très envie de partager tout cela avec vous, bientôt dans les Ardennes  le temps d’une jolie soirée !
–> Avec la joyeuse participation de Sylvie Baikrich
–> INSCRIPTION OBLIGATOIRE
–> Participation libre : le bonheur n’a pas de prix

suivez nous sur Facebook pour les dates de projection

Vous avez une salle pour la projection du film, contactez nous par messagerie sylvie@lharmoniedardew.fr

 

 

 

 

C’est quoi le bonheur pour vous est un documentaire d’utilité publique, il a pour vocation à être diffusé partout en France et à l’étranger. Si vous souhaitez organiser une projection dans votre ville, village, entreprise, cinéma, école, association cliquez-iciDepuis la sortie du film en octobre 2017, ll y a déjà plus de 2500 citoyens qui diffusent le documentaire au cinéma, en entreprise, dans des écoles et universités, des associations, des salles associatives, des organismes institutionnels, hôpitaux en tout genre, pénitenciers, MJC, bibliothèque, CDI,  etc. en France, Panama, Brésil, Thaïlande, Île Maurice, Île de la Réunion, Canada, Suisse, Belgique et Angleterre 🙂 C’est une diffusion citoyenne, le documentaire est libre de droit ! 🙂

Recherche universelle depuis des millénaires, l’homme n’a cessé de se questionner. Philosophes, écrivains, scientifiques, maîtres spirituel, chercheurs en tout genre s’attardent à comprendre la mécanique du bonheur.Et si le bonheur cela s’apprenait? Et si tout partait de notre éducation? Pendant 4 ans, j’ai sillonné notre belle planète  en autofinancement à la rencontre de ces hommes et femmes qui cherchent à percer les mystères du bonheur. Le bonheur est la seule chose qui se double si on le partage. Albert Schweitzer .

 Le bonheur est vital, indispensable à notre équilibre. Il est à l’origine de nombreuses vertus et joue un rôle prédominant sur notre santé; être heureux permet de vivre plus longtemps, d’avoir un meilleur système immunitaire et d’être bien dans sa peau, tout simplement ! Cela apparaît comme nécessaire pour mener une vie personnelle et sociale harmonieuse Un documentaire à offrir et à diffuser largement autour de vous ! 

massage le corps une porte vers l’âme

Classé dans : BIEN-ETRE, SANTE | 0

La science l’affirme sans détour : se faire masser, c’est bon pour la santé ! Les massages « bien-être », les massages traditionnels et les massages psychothérapeutiques n’attendent que vous et il y en a pour tous les goûts !

 

Lorsque nous nous faisons mal, notre premier réflexe est de porter une main au niveau de la douleur pour la conforter. Sans surprise, les massages comptent parmi les méthodes de soin les plus anciennes de l’humanité. Glissements, frictions, pétrissage, mobilisations, étirements, tapotements, mises en vibration… les possibilités sont nombreuses. Les gestes peuvent être super ciels ou profonds, circonscrits ou amples, lents ou rapides et tous les niveaux du corps peuvent être massés : la peau, les fascias, les muscles et tendons, les viscères et même les os.

Ainsi, partant d’explorations intuitives, les praticiens de tout temps ont réalisé que certains gestes et chemins sont plus adaptés à la morphologie du corps et au soulagement de symptômes particuliers. Des séquences types ont été élaborées et aujourd’hui, il existe un nombre incalculable de massages qui se classifient en trois grandes familles : les massages « bien-être », les massages traditionnels et les massages psychothérapeutiques. Leurs bénéfices physiques et psychiques, ressentis par des milliards de massés, ont été largement étayés par la science.

Jusqu’au cœur des cellules

Tout y est passé : le peau à peau pour les prématurés, le toucher attentif pour les enfants, les massages pour les adultes et certains publics particuliers – femmes enceintes, patients souffrant de handicaps psychomoteurs, de maladies auto-immunes ou dégénératives. Et les recherches sont unanimes : se faire masser, c’est bon pour la santé. Bien sûr, nous trouvons dans la liste des effets positifs une relaxation musculaire et tissulaire, une baisse du rythme cardiaque et de la tension artérielle, une diminution de la douleur, une amélioration du sommeil, une tonification générale, une meilleure croissance pour les plus jeunes ou récupération pour les plus âgés. Mais de manière plus surprenante, nous découvrons que les massages produisent des effets en cascade jusque dans l’infiniment petit de nos cellules.

Parce que l’on trouve au niveau du derme des cellules réceptrices des trois grands systèmes régulateurs du corps (nerveux, endocrinien et immunitaire), et parce que le tissu conjonctif (cette membrane gorgée d’eau qui se trouve sous la peau), s’infiltre aussi dans les moindres recoins du corps, la science signale qu’un toucher bienveillant peut littéralement stimuler tout l’organisme. De plus, en avril 2012, Science&Vie publie une étude, menée par l’Université McMaster au Canada, qui démontre que les massages agissent directement sur l’expression génétique.

>>lire la suite ici article du hors série n° 6 inexpolerer  massage une porte vers l ame

La nuit noir de l’âme Inexplore

Classé dans : BIEN-ETRE | 0

La nuit noire de l’âme

Quelle est cette étrange expérience méconnue,
qui semble pourtant toucher beaucoup d’entre nous ?

La « nuit noire de l’âme » est une expérience peu connue, et qui serait pourtant très répandue, en témoignent les nombreux récits sur le sujet. Elle se caractérise par une perte profonde de sens, sur notre vie et nos croyances ; une sorte de « dépression » de l’âme, qui plonge au cœur de nos peurs les plus profondes, et prépare à une véritable transformation intérieure. L’égo se meurt, le « vrai soi » s’éveille…

Ce sentiment de désolation spirituelle a été largement relaté à travers les siècles. Dans les écoles des mystères de l’Égypte antique, on essayait de le créer artificiellement, pour tenter d’atteindre un éveil « en accéléré ». Enfermé dans un sarcophage, l’expérimentateur était confronté à ses peurs intimes: l’obscurité, la solitude, la mort. Après quelques jours, le sarcophage était ouvert. Les survivants avaient réussi l’initiation. Dans la mythologie, on retrouve d’autres récits similaires, parfois appelés « voyage au bout de la nuit » ou encore « descente aux enfers ».

Le premier à avoir utilisé l’expression est le mystique Jean de la Croix, au XVIème siècle, dans son livre « La nuit obscure ». Les récits de nuit noire ont de nombreux dénominateurs communs. Elle touche très souvent des personnes qui cheminent, par le biais du développement personnel ou de la spiritualité, et qui pensent avoir trouvé une forme de vérité, de sérénité. Selon Jean de la Croix: « Plus les choses divines sont en soi claires et manifestes, plus elles sont naturellement obscures et cachées à l’âme. Il en est ici comme de la lumière naturelle : plus elle est claire, plus elle éblouit et obscurcit la pupille du hibou ; plus on veut fixer le soleil en face, et plus on éblouit la puissance visuelle et on la prive de lumière (…). De même quand cette divine lumière de la contemplation investit l’âme qui n’est pas encore complètement éclairée, elle produit en elle des ténèbres spirituelles. » 

J’avais le sentiment d’avoir atteint l’éveil…

Ainsi, à l’image des premiers rayons de soleil qui viennent réchauffer la terre et chassent la pénombre, la nuit noire de l’âme crée une dynamique, un mouvement de vie, elle génère un changement en profondeur. Pour Fanny, une consultante en webmarketing âgée de 28 ans, « ça a commencé après un épisode extrêmement fort, ou j’avais le sentiment d’avoir atteint l’éveil, et d’avoir trouvé ma place. Puis ce sentiment s’est évanoui. Et toutes mes peurs sont ressorties. J’ai pensé que je serais comme ça toute ma vie, dans une tristesse, une colère omniprésente. Je me suis désintéressée de mon cheminement spirituel. J’ai eu l’impression que tout ce que j’avais appris était « n’importe quoi ». 

Lors de la nuit noire, les personnes se rendent compte, et ressentent dans leur corps que tout ce qu’elles pensaient savoir, et qui était fabriqué par le mental, est erroné. Sans préambule, tout s’écroule. La paix apparente laisse alors place à une déprime profonde, un sentiment de vide qu’aucune activité ne trompe, qu’aucune lecture ou séance chez le psy ne semblent soulager. Selon Eckhart Tolle, qui raconte son expérience de nuit noire sur son site, ce sentiment a un sens précis, le retour « à un état d’ignorance où les choses perdent la signification que vous leur aviez donnée et qui était seulement conditionnelle, culturelle, etc. Vous pouvez alors regarder le monde sans imposer un cadre de signification fabriqué par le mental (…). C’est pourquoi c’est si angoissant quand cela vous arrive effectivement plutôt que de l’adopter vraiment consciemment. »

Thierry Pasquier, un docteur en pharmacie, a vécu cette traversée durant 23 ans. Dans sa 33ème année, alors patron d’un restaurant végétarien, créateur d’un éco village et professeur de Kundalini Yoga, son monde s’effondre. Sa voiture rend l’âme, ses deux chats meurent, sa femme le quitte avec l’un de ses enfants, sa maison est réduite en cendres par un incendie. Il comprend un peu plus tard qu’il traverse une nuit sombre de l’âme. Selon lui, elle serait le résultat « d’une déchirure que nous faisons entre nos vieilles habitudes cellulaires et un autre état d’âme lumineux dont nous n’acceptons pas encore l’intensité ».

Dans le cas de la nuit noire, l’obscurité peut se révéler de l’intérieur, sans forcément de cause extérieure connue, comme dans le cas de Thierry. Nous sommes confrontés brutalement aux racines de nos vieux fardeaux émotionnels, à nos peurs les plus profondes, dont certaines que nous n’avions même pas identifiés. Tant que nous n’avons pas vu nos peurs en face, le mental tourne en rond, l’égo est renforcé, un concept intellectuel en chasse un autre, mais aucun n’est réellement intégré par l’expérience du corps.

Heureusement, cette période initiatique ne dure qu’un temps.

Les peurs auxquelles nous sommes confrontées, très intimes, sont souvent bien supérieures à tout ce que nous avions connu, à la limite du soutenable. Tant que nous nous identifions à elles, le jeu de l’égo est entretenu, et elles sont alimentées. Thierry Pasquier raconte comment il a déjoué ce cercle pernicieux : « la meilleure chose à faire pour moi était de lâcher-prise sur la souffrance, sur ce qui était là. Juste observer la souffrance, sans mettre un couvercle dessus, ni la faire bouillir en mettant sous la marmite le feu du mental: « comme je suis nul, je tourne en rond, je n’arriverai à rien, j’ai gâché ma vie, je ne change pas malgré mes efforts, etc. » Simplement laisser pleurer le corps, le temps que ça dure, une heure, une journée, une semaine. » Ainsi, on se désidentifie de notre souffrance, on voit émerger notre « vrai » nous, notre « âme ». On reprendre le pouvoir que l’on a donné à notre peur. Tout comme dans le processus de deuil- celui de notre égo négatif -, le déni puis la dépression laissent place à l’acceptation.

Heureusement, cette période initiatique ne dure qu’un temps. Fanny raconte : « J’ai commencé à m’en sortir le jour ou j’ai touché le fond. C’était de mon anniversaire, j’ai passé la journée sur le canapé, les yeux dans le vide. Après plus de deux années dans cet état, je n’en pouvais plus. J’ai compris qu’il fallait que je m’abandonne, que je ne pouvais rien faire d’autre. Et le lendemain j’allais beaucoup mieux. »

D’après les récits, la manière dont une nuit obscure de l’âme se termine est souvent la même. On vit dans sa chair ce qui est souvent relaté dans les enseignements spirituels, ou les récits d’éveil : lorsque nous lâchons prise, nous nous rendons compte de l’impermanence des pensées et des émotions. Eckart Tolle explique: « (les personnes) s’éveillent à quelque chose de plus profond qui n’est plus basé sur des concepts dans leur tête : un sentiment plus profond de but ou de connexion avec une vie plus grande qui ne dépend plus des explications, ni de rien de conceptuel. »

Alors que des peurs profondes s’évanouissent et que les jeux du mental s’apaisent, on éprouve une énorme gratitude, un sentiment de libération très puissant.

Par la suite, même si des pans entiers de croyances sont tombés, l’apprentissage n’est pas terminé. Mais notre regard sur les jeux de l’égo a changé, et les leçons de vie semblent plus directes, plus rapides à intégrer. On se laisse moins happer par les vagues. Un espace de sérénité s’est ouvert et l’on peut continuer de le nourrir en soi.

inexploré décembre 2015

 

Nos adresses de la simplicité

Classé dans : BIEN-ETRE | 0
hêtre ardennes l harmonie d ardwen
Réduire le volume de nos déchets, limiter le gaspillage alimentaire, apprendre à recycler et à partager… Portées par une prise de conscience globale, de nouvelles manières de consommer émergent, plus douces pour la nature et pour l’humain. Voici quelques adresses pour vous aider à réduire votre empreinte sur l’environnement et mener une vie plus saine.

Moins de Gaspillage

Compost :

www.ecoleducompost.fr: Pour se former au compost et devenir « guide composteur » ou « maitre composteur ». L’association propose aussi des formations toilettes sèches.

www.organeo.com: Organéo accompagne les projets de compostage aux pieds des immeubles ou dans les établissements.

 

Privilégier les variétés rustiques :

www.biaugerme.com: Le site d’un groupe d’agriculteurs spécialisés dans la multiplication des semences biologiques potagères, florales et aromatiques. Vous y retrouverez leurs graines de variétés anciennes, sans aucun hybride F1.

 

Acheter en vrac pour éviter les déchets :

www.daybyday-shop.com: Day by Day est un réseau de magasins de vente de produits alimentaires et droguerie en vrac.

 

Échanger, partager :

Y a-t-il un jardin près de chez moi ?

www.jardins-partages.org: le réseau jardin partagé regroupe une dizaine de structures autour d’une charte mettant en avant le respect du lien social et la préservation de l’environnement.

www.lesincroyablescomestibles.frCe mouvement  venu d’Angleterre vise à recréer du lien social par le biais de l’agricultuture locale et partagée dans l’espace publique. Pour faire partie du la communauté, semer puis partager ou simplement suivre son actualité, ce site permet de suivre l’action du mouvement.

www.pretersonjardin.com: ce site de petites annonces permet de mettre en relation des particuliers propriétaires de jardin n’ayant pas la main verte et des jardiniers sans jardin.

www.plantezcheznous.com: échanger des graines, prêter son jardin, partager ses récoltes, voici le concept de ce site de petites annonces entre particuliers.

 

Systématiser le troc :

Troc de plantes et foires aux graines

www.trocjardin.com: site de petites annonces pour troc de plantes, de jardins, de conseils et d’outils de jardinage.

www.graines-et-plantes.com: en plus de conseils en jardinage, ce site propose une rubrique détaillée pour échanger ses graines et plants entre particuliers. Il suffit de s’inscrire sur le site pour pouvoir communiquer avec les autres membres.

www.grainesdetroc.fr: cette association permet aux particuliers d’échanger des graines et des ressources pédagogiques pour apprendre à reproduire ses semences, cueillir des plantes sauvages….

www.troc-legumes.fr : un site et une application permettant de vendre ou d’échanger des fruits et légumes, voir d’autres produits « maison » entre particuliers.

 

Troc/échange d’objets :

www.mutum.com: un site et une application qui permet d’échanger toutes sortes d’objets entre voisins.

 

Partager avec les plus démunis :

www.ondine.info: L’association met à disposition des informations sur les lieux de glanage, les possibilités de cueillette à la ferme pour les particuliers et les associations de solidarité.

www.re-bon.wixsite.com: Re-bon organise, à l’aide de bénévoles, des opérations de glanage dans la région nantaise pour lutter contre le gaspillage et redistribuer aux associations caritatives. N’hésitez pas à les contacter si vous souhaitez devenir glaneur bénévole.

www.relais-planete-solidaire.org: « Préserver, valoriser, échanger », voici la devise de Fruimalin qui propose de valoriser l’économie sociale et solidaire autour de la problématique alimentaire par le biais d’un réseau d’agriculteurs, d’associations et de bénévoles.

www.solaal.org: l’association Solaal met en relation les donateurs de la filière agricole et les associations d’aide alimentaire. Elle rassemble un grand nombre d’organisations issues des secteurs agricole, industriel, de la grande distribution, des inter-professions agricoles et alimentaires et des marchés de gros.

La tente des glaneurs : les bénévoles des collectifs régionaux de la Tente des glaneurs récupèrent, trient, lavent et reconditionnent les fruits, légumes et pain récupérés à la fin des marchés pour les redistribuer à ceux qui en ont besoin. Pour les suivre ou les contacter rendez-vous sur leur page Facebook : www.facebook.com/latente.desglaneurs/

lesgarspilleurs.org, les gars pilleurs organisent des glanages en ville en récupérant les produits encore consommables dans les poubelles des particuliers, des commerçants et des petites surfaces alimentaires puis redistribuent leur butin lors de redistributions publiques.

 

Pour aller plus loin :

Pour consommer local (et parfois bio)

www.mescarottes.com: un site qui permet de mettre en relation directe commerçants, agriculteurs locaux professionnels ou non avec des particuliers. Possibilité de faire du troc.

Le Groupement des agriculteurs biologiques (GAB) d’île de France propose une carte interactive permettant aux particuliers de localiser les points bio autour de chez eux : www.gab-idf.iggdrasil.net

 

Viser le « Zéro déchets » :

www.zerowastefrance.org: le site de l’association « zéro waste France » qui propose des infos, des outils et des campagnes visant à réduire le gaspillage et les déchets. L’association propose aussi un agenda de conférences et formations « zéro déchet » dans toute la France.

 

Pour en savoir plus sur l’économie collaborative, et s’investir dans des projets alternatifs

www.wedemain.fr: un site et une revue qui mettent en avant de nouvelles façons de consommer, de manger, d’habiter…

www.ouishare.net/fr Magazine sur la société collaborative : comment vivre différemment dans les différents aspects de la société : l’économie, l’habitat, la culture, la production, l’argent.

Ces conseils ne vous dispensent pas de consulter un thérapeute des médecines alternatives. Pour en trouver un près de chez vous, rendez-vous sur annuaire-therapeutes.com

Pour accéder directement à une liste de naturopathes dans les plus grandes villes, cliquez sur un des liens ci-dessous.

 

Plante et santé

 

Le massage sensoriel

Classé dans : BIEN-ETRE | 0

photo massage ardennesArt du massage à l’huile (le massagemassage sensoriel ardennes

sensoriel)

Soin du corps et relation humaine, bien-être ou mieux-être, décontraction, relaxation, libération d’énergie, unification (image complète de soi) équilibrant le mental. C’est tout cela à la fois.

Le massage se pratique sur table. Mouvements variés, légers ou profonds, longs ou courts, rapides ou lents… Il comprend aussi des étirements et des accompagnements de la respiration. Appelé aussi massage californien, le massage sensoriel se caractérise par de longs mouvements doux et harmonieux qui enveloppent le corps.

Différentes techniques spécifiques sont utilisées, comme l’effleurage, la friction, la pression glissée ou bien encore le pétrissage.

Le toucher repose sur l’écoute attentive de votre demande et de votre ressenti

De plus, le massage sensoriel peut vous amener à une meilleure connaissance de soi, une connaissance plus profonde du corps et peut vous aider à percevoir vos états de tension et à les apaiser.

Il stimule l’éveil sensoriel qui est aussi un réveil à la vie, dans une ambiance de respect et d’authenticité.

Le toucher repose sur l’écoute attentive de votre demande et de votre ressenti. C’est un moment privilégié de détente et de bien-être.

Le massage sensoriel se reçoit en sous-vêtements
Huiles végétales et huiles essentielles d’origine biologique

La fête des mères !

Classé dans : BIEN-ETRE | 0

 bon-cadeau-harmonie-dardwen

 Massage sensoriel et soin sonore

Massage sensoriel et soin sonore à l’aide d’un tubalophone.

Vous serez sûr de faire plaisir en offrant un moment de bien-être.

Les troubles du sommeil et le stress sont récurrents dans notre société occidentale. Ce soin sonore permet de retrouver le chemin d’une paix, d’une confiance et d’une sérénité profonde. Les rythmes cérébraux ralentissent…ralentissent…ralentissent et vous baignez dans un univers sonore, cocon protecteur et sécurisant.

Le massage a une influence de détente sur le physique et le mental. Il se caractérise par de longs mouvements fluides et harmonieux qui sculptent et enveloppent le corps.
Mouvements lents ou rapides, exécutés en surface ou plus en profondeur, et toujours teintés de respect, d’écoute et de douceur.

Instant Relax :

la séance de 30 mn Massage-sensoriel ou spécial dos à 30 €

Total Relax :

pause infusion bio ou jus de fruit la séance de 60 mn Massage- bien-être à 50 €

Pack Relax :

le pack de 2, 4, ou 6 séances de 30 mn à 55 €, 105 € ou 150 € idéal pour plusieurs cadeaux

ou tout autre combinaison de votre choix.

 

Le Bon Cadeau, sur lequel figure le nom du bénéficiaire, est valable 6 mois.

A présenter au salon le jour du rendez-vous.

ou

Envoyez nous votre chèque par courrier, en précisant le nom du destinataire du cadeau, type de séance choisie, et l’adresse où nous devons envoyer le bon cadeau. Par retour de courrier, nous vous adresserons le bon cadeau, ou directement à la personne bénéficiaire du cadeau.

Les bienfaits du massage

Classé dans : BIEN-ETRE | 0

Massage complet : pour quels bienfaits ?

Le massage complet procure un bien-être physique et psychique :
Physique :
Il agit sur les systèmes vitaux (cardio-vasculaire, respiratoire, nerveux, immunitaire …)
Il favorise le drainage des toxines.
Il améliore le renouvellement et la circulation de l’énergie.
Il permet de se relaxer, de renouer avec son corps.
Il permet la productions de certaines hormones comme la sérotonine, la dopamine…
Psychique :
Il régule les émotions, aide à gérer le stress ( anxiété, angoisse, dépression …).
Il nous connecte à notre spiritualité.
C’est une thérapie.

Quand il est pratiqué sur l’intégralité du corps il constitue un traitement complet.

Pour en savoir plus sur tous nos massages   lire la suite >>>

 

Bon cadeau massage

Classé dans : BIEN-ETRE | 0

Bon cadeau massage

 

 

 

Une idée de cadeau originale.

Faites plaisir à ceux que vous aimez.

Offrez la clef d’un moment de bonheur ……..vous n’avez rien à faire, rien à penser, simplement être là dans la magie de l’instant. Fermez les yeux et laissez vous glisser vers le silence, écoutez le chant de l’éternité et dans la paix la plus profonde,  goûtez à cette rencontre avec vous-même …..

Pour la fêtes des Grands Mères ou les fêtes de Pâques , offrez le soin de votre choix: un massage-bien-être, ou encore un abonnement à une série de séances.

 

Plusieurs solutions s’offre à vous :

 Instant Relax :

la séance de 30 mn Massage-sensoriel ou spécial dos à 30 €

Total Relax :

pause infusion bio ou jus de fruit la séance de 60 mn Massage- bien-être à 50 € et 20% tout le mois de décembre pour cette prestation .

Pack Relax :

le pack de 2, 4, ou 6 séances de 30 mn à 55 €, 105 € ou 150 € idéal pour plusieurs cadeaux

ou tout autre combinaison de votre choix.

Le Bon Cadeau, sur lequel figure le nom du bénéficiaire, est valable 6 mois.

A présenter au salon le jour du rendez-vous.

Envoyez nous votre chèque par courrier, en précisant le nom du destinataire du cadeau, type de séance choisie, et l’adresse où nous devons envoyer le bon cadeau. Par retour de courrier, nous vous adresserons le bon cadeau, ou directement à la personne bénéficiaire du cadeau.