Alimentez votre santé

Classé dans : SANTE | 0

 

Que faire pour rester en bonne santé, lutter contre la dépression, conserver une bonne mémoire, assainir nos intestins? Manger sainement, évidemment! Depuis Hippocrate, il est sûr que notre aliment est notre meilleur médicament. Si tel n’était pas encore le cas, vous en faire prendre conscience est notre ambition du mois.

Dossier réalisé par Frédérique Châtaignier, avec la collaboration de Jean-Baptiste Talmont

Dans nos différents dossiers et articles, nous n’avons eu de cesse de vous conseiller de porter une attention toute particulière à ce que vous mangez. De la fameuse recommandation d’Hippocrate –  « Que ton aliment soit ta seule médecine » –, à l’émergence de la nutrition comme discipline thérapeutique à part entière, en passant par les régimes du DKousmine, la nourriture est, sans nul doute, devenue l’un des éléments les plus salutaires ou délétères pour notre état de santé. Pleins feux sur la nutrition optimale*.

Nourrir ou pourrir ?

Et pour cause, nos habitudes alimentaires contribuent, chaque jour qui passe, à nourrir ou à pourrir notre organisme. En clair, la nourriture que nous absorbons au quotidien permet le renouvellement ou le délitement continuel de nos cellules. Il faut ainsi dix-huit mois à notre foie pour se reconstituer, et quatre mois à notre épiderme. Mais comment ces deux organes pourraient-ils faire « peau » neuve si nous intoxiquons leurs cellules au fur et à mesure, en mangeant n’importe comment ? À avaler n’importe quoi, nous nous renouvelons n’importe comment. Et ce, saison après saison, années après années.

 

Comment s’étonner, dès lors, que nous soyons fatigués ? Car oui, notre régime alimentaire peut épuiser nos cellules, qui attendent leurs nutriments sans jamais les trouver dans ce que nous ingurgitons. Fatigue à laquelle on pense échapper en prenant n’importe quel stimulant, synthétique bien souvent, illicite parfois, naturel rarement. Et qui ne fera souvent qu’épaissir le trait du cercle vicieux qui se trace devant nous.

Vous l’avez compris et vous le savez : manger n’est pas une corvée à expédier après une journée de travail avant de sortir entre amis, de vous abandonner aux programmes télé ou de tout simplement passer à autre chose. C’est un temps sacré et essentiel, par lequel vous nourrissez votre corps autant que votre esprit et votre âme, que vous le partagiez en famille ou que vous le viviez seul.

Comportements compulsifs

Les repas contribuent à une bonne santé holistique. De leur côté, les différentes religions sanctifient ces moments d’une pensée, voire d’une prière avant d’avaler la moindre bouchée. Le dire en ce sens peut faire sourire, mais nous avons la prétention de croire qu’il est toujours bienvenu de rappeler à celles et ceux présentant des comportements compulsifs avec la nourriture que cette dernière a une fonction précise, et que les excès ou les carences dénotent des troubles plus profonds.

C’est même toute l’ambition de notre dossier du mois : vous éclairer sur l’importance de l’alimentation, capable, en fonction de votre situation, de prévenir des pathologies, voire de vous guérir de certains problèmes de santé.

De grosses lacunes

Le Dr Kousmine déplorait, au début du XXe siècle, la disparition de la nutrition du corpus médical universitaire – laissant cette question à l’appétit financier de l’industrie agroalimentaire. Faites un test, aujourd’hui, en demandant autour de vous quels sont les produits de saison et de la région : vous constaterez les lacunes et le manque de connaissances du grand public sur la nutrition. Elle assure pourtant le bon fonctionnement d’un être vivant, rien que ça !

<< en téléchargement alternative-sante-n-63