Charleville Mézières un message d Amour

Classé dans : POEME | 0

 

Pouvons nous aussi partager des messages de paix, d’amour, autant que ceux portant sur la colère, sur la haine,

Nous comptons sur vous pour partager sur votre mur, sur des groupes également.

Nous sommes allés lire le poème de Jérémy dans les rues de Charleville Mézières simplement pour lui dire que nous l’aimions notre ville.

 

Alimentez votre santé

Classé dans : SANTE | 0

 

Que faire pour rester en bonne santé, lutter contre la dépression, conserver une bonne mémoire, assainir nos intestins? Manger sainement, évidemment! Depuis Hippocrate, il est sûr que notre aliment est notre meilleur médicament. Si tel n’était pas encore le cas, vous en faire prendre conscience est notre ambition du mois.

Dossier réalisé par Frédérique Châtaignier, avec la collaboration de Jean-Baptiste Talmont

Dans nos différents dossiers et articles, nous n’avons eu de cesse de vous conseiller de porter une attention toute particulière à ce que vous mangez. De la fameuse recommandation d’Hippocrate –  « Que ton aliment soit ta seule médecine » –, à l’émergence de la nutrition comme discipline thérapeutique à part entière, en passant par les régimes du DKousmine, la nourriture est, sans nul doute, devenue l’un des éléments les plus salutaires ou délétères pour notre état de santé. Pleins feux sur la nutrition optimale*.

Nourrir ou pourrir ?

Et pour cause, nos habitudes alimentaires contribuent, chaque jour qui passe, à nourrir ou à pourrir notre organisme. En clair, la nourriture que nous absorbons au quotidien permet le renouvellement ou le délitement continuel de nos cellules. Il faut ainsi dix-huit mois à notre foie pour se reconstituer, et quatre mois à notre épiderme. Mais comment ces deux organes pourraient-ils faire « peau » neuve si nous intoxiquons leurs cellules au fur et à mesure, en mangeant n’importe comment ? À avaler n’importe quoi, nous nous renouvelons n’importe comment. Et ce, saison après saison, années après années.

 

Comment s’étonner, dès lors, que nous soyons fatigués ? Car oui, notre régime alimentaire peut épuiser nos cellules, qui attendent leurs nutriments sans jamais les trouver dans ce que nous ingurgitons. Fatigue à laquelle on pense échapper en prenant n’importe quel stimulant, synthétique bien souvent, illicite parfois, naturel rarement. Et qui ne fera souvent qu’épaissir le trait du cercle vicieux qui se trace devant nous.

Vous l’avez compris et vous le savez : manger n’est pas une corvée à expédier après une journée de travail avant de sortir entre amis, de vous abandonner aux programmes télé ou de tout simplement passer à autre chose. C’est un temps sacré et essentiel, par lequel vous nourrissez votre corps autant que votre esprit et votre âme, que vous le partagiez en famille ou que vous le viviez seul.

Comportements compulsifs

Les repas contribuent à une bonne santé holistique. De leur côté, les différentes religions sanctifient ces moments d’une pensée, voire d’une prière avant d’avaler la moindre bouchée. Le dire en ce sens peut faire sourire, mais nous avons la prétention de croire qu’il est toujours bienvenu de rappeler à celles et ceux présentant des comportements compulsifs avec la nourriture que cette dernière a une fonction précise, et que les excès ou les carences dénotent des troubles plus profonds.

C’est même toute l’ambition de notre dossier du mois : vous éclairer sur l’importance de l’alimentation, capable, en fonction de votre situation, de prévenir des pathologies, voire de vous guérir de certains problèmes de santé.

De grosses lacunes

Le Dr Kousmine déplorait, au début du XXe siècle, la disparition de la nutrition du corpus médical universitaire – laissant cette question à l’appétit financier de l’industrie agroalimentaire. Faites un test, aujourd’hui, en demandant autour de vous quels sont les produits de saison et de la région : vous constaterez les lacunes et le manque de connaissances du grand public sur la nutrition. Elle assure pourtant le bon fonctionnement d’un être vivant, rien que ça !

<< en téléchargement alternative-sante-n-63

Le Radon : Un gaz radioactif dans mon habitation

Classé dans : GEOBIOLOGIE | 0

Qu’est-ce que le radon ?

Le radon est un gaz radioactif issu de la désintégration de l’uranium et du radium présents naturellement dans le sol et les roches. En se désintégrant, il forme des descendants solides, eux-mêmes radioactifs. Ces descendants peuvent se fixer sur les aérosols de l’air et, une fois inhalés, se déposer le long des voies respiratoires en provoquant leur irradiation.

Pourquoi s’en préoccuper ?

Le radon est classé par le Centre international de recherche sur le cancer comme cancérigène certain pour le poumon depuis 1987. De nombreuses études épidémiologiques confirment l’existence de ce risque chez les mineurs de fond mais aussi, ces dernières années, dans la population générale. D’après les évaluations conduites en France, le radon serait la seconde cause de cancer du poumon, après le tabac et devant l’amiante : sur les 25 000 décès constatés chaque année, 1 200 à 3 000 lui seraient attribuables.

IRSN_Fiche-Information-Radon_2014-04

 

amalgames dentaires composite compatible

Classé dans : SANTE | 0

 

Choisir entre des composites – qui peuvent se dégrader dans la bouche à cause de l’action des enzymes salivaires – et des amalgames – que l’on suspecte d’intoxiquer notre organisme –, c’est un peu choisir entre la peste et le choléra. Et si une entreprise française apportait une véritable alternative en matière de restauration dentaire ?

En juillet dernier, l’Union européenne mettait les mains dans le cambouis et les doigts dans l’amalgame dentaire en interdisant ce dernier. Oui, mais pas pour tout le monde : les enfants de moins de quinze ans et les femmes enceintes seulement. Les vieux, les hommes, les femmes non enceintes, pas de problème… Ou comment interdire à moitié pour semer le doute totalement.

Pour nous rassurer, nous avons pris rendez-vous avec Gilbert Ely, dentiste et cofondateur d’Elsodent, société proposant des solutions innovantes en matière de composites dentaires. Passé par la dentisterie holistique (« j’ai arrêté parce que je n’aime pas les ayatollahs, d’où qu’ils viennent »), il détend tout de suite l’atmosphère : « Les composites actuels me semblent plus dangereux que les amalgames. D’abord, ces derniers ont plus de cent ans d’existence. Ils ont permis de démocratiser les soins dentaires, et l’on a une bonne connaissance de leurs effets secondaires. De plus, chimiquement, l’argent et le mercure sont très proches, ce qui rend très difficile leur dissociation. Ainsi il en faut, du temps, avant que l’amalgame ne relargue ses composés… Si tant est qu’il le fasse. » Certes, ce dentiste prêche tout de go pour sa chapelle. Convaincu il apparaît convaincant, et c’est peu de le dire.

Composites adaptés

Donc, selon le Dr Ely, les composites, que l’on n’utilise que depuis une quarantaine d’années, ont pour défaut – comme leur nom l’indique – d’être composés de plusieurs types de molécules chimiques tels que le TEGDMA, l’HEMA ou bisGMA. Confrontés aux enzymes salivaires, ces composés peuvent se dégrader en bouche et provoquer, à terme, des dommages plus ou moins sérieux. Citons notamment le formaldéhydecontenu dans le TEGDMA ou l’HEMA, susceptible de provoquer des irritations au niveau de la peau, du nez, de la gorge, ou des yeux, voire d’engendrer des difficultés respiratoires. Au point que le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) l’a même classé, depuis 2004, « substance cancérogène avérée pour l’homme ». Le bisGMA peut, lui, libérer le funeste bisphénol A, perturbateur endocrinien bien connu. Dans un tel contexte, le Dr Ely s’est lancé dans l’aventure pour proposer un composite dentaire innovant, moins toxique et facile d’utilisation.

Au bout de vingt ans de recherches, voilà plusieurs mois qu’Elsodent s’enorgueillit de proposer aux cabinets dentaires soucieux du bien-être de leurs patients un amalgame moins toxique que les autres, et pas plus cher. Garanti sans bisGMA, TEGDMA ou HEMA, ce composite nommé Purefill se veut « biocompatible », ce qui ne veut pas dire naturel, mais compatible avec le microbiote buccal. Car pour l’heure, il faut encore de la chimie pour réaliser un amalgame répondant aux exigences et aux normes de la profession dentaire. Cependant, comme le Dr Ely aime beaucoup concevoir et réaliser l’impossible, il nous a glissé un scoop en partant : son équipe et lui-même sont sur la bonne voie pour concevoir un composite d’origine végétale ! En attendant, demandez à votre dentiste s’il connaît Purefill et la société Elsodent Jean-Baptiste Talmont

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

source Alternative santé n° 63

La vérité sur la maladie de Lyme Christian Peronne

Classé dans : LIVRE | 0

Infections cachées, vies brisées, vers une nouvelle médecine

La maladie de Lyme, cette étrange infection déclenchée par une piqûre de tique, peut provoquer dermatoses, arthrites et jusqu’à des atteintes neurologiques.

Pourquoi les patients sont-ils souvent abandonnés à leur souffrance ? Pourquoi ne traite-t-on pas plus efficacement cette maladie alors que des solutions thérapeutiques existent ? Lire la suite­­

Les animaux dans la grande guerre

Classé dans : PRESSE | 0

La première guerre mondiale est souvent
présentée comme le premier conflit moderne. Il
est vrai que, pour la première fois dans l’histoire
militaire, le matériel prend le pas sur les hommes.
La Grande Guerre est sur ce point très innovante
puisque l’on y teste l’aviation de combat, les sousmarins,
les chars, les lance-flammes, les grenades,
les gaz… Cet aspect du conflit gomme finalement
d’autres réalités et, en premier lieu, le rôle majeur
joué par les animaux dans les combats1
. Très longtemps
l’historiographie a privilégié l’homme à
l’animal mais, les célébrations du centenaire de la
Grande Guerre ont été l’occasion de mettre en
avant le sacrifice de millions d’animaux morts pour
la victoire2
.
Les bêtes présentes au front sont nombreuses et
diverses. Certaines sont réquisitionnées et utilisées
par l’armée (chevaux, chiens, pigeons, ânes,
bœufs…)3
. D’autres sont amenées ou domestiquées
par les combattants (chats, grillons…).
D’autres enfin sont présentes mais non désirées
(les poux, les rats…). Le monde des tranchées, réputé
être un univers masculin, se révèle être tout
autant un univers animal.

Les animaux dans la grande guerre (1)

11 novembre 2018 Verdun 100 ans

Classé dans : POEME, TEMOIGNAGE | 0

 

« En novembre, le centenaire de l’armistice de la Grande Guerre sera à la Une de tous les médias.Les soldats français, allemands, et bien d’autres, de toutes nationalités, se battent dans la boue et le froid. Cette guerre des tranchées, absurde, fera des millions de morts.

Nous ne pouvions ne pas en parler. Comme l’univers  fait bien les choses, le 11 novembre 2018 nous serons à Verdun pour un travail de géobiologie sur la mémoire . Voici l’harmonisation d’un lieu dans ce qu’il a de plus beau. Quel cadeau! Merci à Marie Anne de nous acceuillir, merci à Hélène pour son Devoir de Mémoire qui sera  lu sur site le 11 novembre. Merci à Camille Laurent,mon aïeul  » Comme ses semblables, A fini dans une étable, Ou sur le sable,  et à tous ces innocents …A qui la vie a été arrachée Par tant de cruauté …Vous ne tomberez jamais dans l’oubli .. « 

Extrait de notre news letter de novembre 2018

 

« Nous nous sommes rendu le 11 novembre 2018 à Verdun et sur le site du fort de Douaumont, haut lieu de la 1ere guerre mondiale  où 130 000 hommes ont trouvé la mort.

Honorer leur mémoire, pour qu’ils puissent aller vers la lumière et le repos. Nous avons lu très solennellement six textes écrits par Hélène Duflox .

Texte du 11 novembre 2018 ci-dessous.

Ainsi ces lettres de libération ont été confié à l’univers et nous les avons brûlé pour symboliser la souffrance que nous voulons voir disparaître.

Les cendres ont été dispersées sur le lieu. Au même instant, le ciel s’est ouvert pour laisser passer la lumière. La paix était revenue.

La chanson qui suit est un message « reçu » ( je vous avoue que je ne sais pas comment l’exprimer autrement)  quelques instants après la fin de la cérémonie, juste en ouvrant la radio.

Très émouvant

Sylvie Baikrich

Castastrophe dès le petit déjeuner

Classé dans : SANTE | 0

Erreur n° 1 : Le sucré

Les croissants, pains aux chocolats, tartines et autres viennoiseries sont bourrés de glucides. Sans parler des jus concentrés : sans les fibres du fruit, c’est du sucre à l’état pur !

Or il se passe quelque chose de terrible lorsqu’on ingère des glucides avant 13h : cela bloque le « tryptophane ».

Le tryptophane, c’est une molécule primordiale de notre corps :

    • Il participe de 90 % à la synthèse des protéines,
    • Il est indispensable à la production de sérotonine : le neurotransmetteur de la joie, qui a un rôle dans le sommeil et la satiété ;
    • La synthèse de vitamine B3 n’est pas possible sans lui

Mais le tryptophane a un inconvénient majeur : c’est l’acide aminé le plus sensible aux agressions, le premier à être détruit lors de la cuisson et à être oxydé par les radicaux libres.

Si le tryptophane est oxydé, d’innombrables protéines peuvent être dénaturées : les protéines des membranes, les chromosomes, les enzymes, les anticorps, les hormones… La liste est longue.

Tous les glucides consommés avant 13 heures freinent également la production de sérotonine :

    • La mélatonine qui assure le sommeil, ne peux pas alors pas jouer son rôle.
    • La lytine qui module le poids en créant le sentiment de satiété ne fonctionne plus correctement

Voilà pourquoi il faut à tout prix arrêter de manger du sucre le matin. Il est 1000 fois plus sain de se nourrir de protéines au petit déjeuner.

C’est ce que l’on fait dans la plupart des pays :

    • Au Liban, on savoure le Mezze avec des œufs au sumac
    • Les huevos rancheros, œufs à la tomate et aux piments au Mexique
    • En Ecosse, le black pudding, du boudin aux herbes…
    • Au Japon, une assiette de riz avec des beignets de poisson

Je vais revenir sur l’importance des protéines plus bas dans cette lettre.

Erreur n° 2 : le café

Le café est une des boissons le plus bues au monde, et pour beaucoup c’est la seule chose que l’on ingère le matin… Grave erreur !

En effet, le café rend difficile l’assimilation par l’organisme de la vitamine B1, indispensable au bon fonctionnement du système nerveux et des muscles.

La caféine va également décupler l’effet de l’histamine. L’histamine est la molécule de signalisation du système immunitaire. Dans le cas d’une allergie alimentaire, c’est l’histamine qui va provoquer les symptômes désagréables.

La caféine va donc favoriser l’inflammation du tube digestif mais aussi le passage d’éléments insuffisamment digérés dans le sang, ce qui engendre à son tour plus de réactions.

Une réaction inflammatoire du tube digestif peut entrainer une perméabilité intestinale favorable à l’apparition de maladies auto-immunes.

Au-delà de plusieurs tasses de café (3 à 4 tasses/jours), la plupart des personnes expérimenteront des effets secondaires :

    • nervosité, irritabilité,
    • tremblements involontaires,
    • baisse du niveau d’énergie…. ce qui conduit à vouloir prendre une autre tasse de café pour se « défatiguer » et le cercle vicieux de l’addiction s’installe.

De nombreuses recherches font le lien entre consommation de café et fatigue chronique. Le café met le métabolisme en état d’alerte et stimule la production d’adrénaline. Cette hormone du stress est créée par les glandes surrénales qui à la longue s’épuisent, ce qui conduit à la fatigue chronique.

Tout cela sans parler du fait que le café contient plus de 200 acides et on sait que l’acidité favorise les maladies et l’inflammation chronique.

Finalement, avec l’habitude, la caféine produit de moins en moins d’effets positifs (phénomène d’accoutumance), tout en ayant quand même des effets anti-nutritionnels et négatifs à long terme.

Un petit déjeuner convenable

Le mieux est de prendre exemple sur les anglo-saxons et nos paysans : prendre le matin des protides et des lipides car le cerveau en aura besoin : des œufs (lécithine), du jambon et du beurre (20g) sur du pain complet.

Il est préférable de manger

    • Plus protidique le matin et à midi pour stimuler la dopamine et la sérotonine, réguler l’humeur et donner le carburant de la journée
    • Plus glucidique le soir, pour favoriser la sérotonine et le stockage de glycogène.

Essayez cette méthode si vous avez des coups de blues, c’est radical.

Par ailleurs je vous conseille fortement de supprimer les laitages et fromages. Les caséines du lait sont composées de 80% de phosphoprotéines qui neutralisent le calcium. Et sans le calcium… pas de neurotransmetteurs !!

Voici un petit déjeuner type :

    • Thé vert, ou mélange vert et noir, fait avec de l’eau minéralisée.
    • Pain complet au levain (non grillé) avec beurre en fine couche.
    • Un œuf dur / jambon maigre / blanc de poulet / dinde
    • Ou des flocons de sarrasin / d’avoine / de semoule de riz au lait de soja.
    • Fruits ou légumes pressés (orange, pamplemousse, abricot, pêche, tomate, carotte …), ou fruits entiers ou en salade (en particulier kiwi, abricots, prunes, pêches, mangue, fraises, framboises, myrtilles, cassis…).

Un autre petit déjeuner très bénéfique est la fameuse crème Budwig :

    • Battre en crème 4 cuillères à café de fromage blanc maigre (de 0 à 20 %), et 2 cuillères à café d’huile de tournesol ou de germe de blé ou de lin, de première pression à froid (inférieure à 45°)
    • Ajouter le jus d’un demi citron, une banane bien mûre (ou deux cuillères à café de miel ou des fruits séchés)
    • 2 cuillères à café de graines oléagineuses crues et fraîchement moulues (lin, tournesol, sésame, noix, noisettes, amandes, graines de

Avec tous ces conseils, je peux vous garantir que vous allez vous lever du bon pied !

La lettre du Doc Jean-Pierre Willem 

Linky La preuve des perturbations électriques

Classé dans : LINKY | 0

 

 

Intervention chez une hyperélectrosensible:

 » Depuis quelques jours le compteur est  en fonctionnement .

Notre cliente est de plus en plus mal. Le logement se situe dans un bâtiment de quelques étages avec trois appartements par niveau.

Tous les logements ont maintenant le compteur Linky, à part les partie communes.

A l’aide d’un mesureur d’électricité sale Line EMI Meter – CPL et LINKY (10kHz-10MHz) nous mesurons les interférences ….. »

La preuve en image

 

Suite à la pose de deux filtres de type

Stetzerizer de chez geotellurique voici la différence .

Quand les tiques attaquent

Classé dans : SANTE | 0

Autrefois cantonnée à quelques régions, la tique est aujourd’hui présente sur l’ensemble du territoire. Un phénomène inqiétant dû en partie au réchauffement climatique, mais surtout avec la transmission de maladies vectorielles, dont la borréliose de Lyme. Une maladie enfin devenue un enjeu majeur de santé publique. Par Gérard Houdou

 

>>> la suite en téléchargement ici Article chasseur français decembre 2018 les tiques attaquent

Procès Anti linky novembre 2018

Classé dans : LINKY | 0

 

 

Chère Madame, Cher Monsieur,

Dans le cadre des procès, d’une manière générale, nous transmettons à nos clients seulement nos écritures (assignations, puis conclusions en réponse le cas échéant) et non les pièces du dossier (preuves produites devant la juridiction). La substance des pièces est en effet reprise dans nos écritures.

Toutefois, il nous apparaît que votre connaissance de l’article scientifique « Effets sanitaires thermiques et non thermiques des rayonnements non ionisants de faible intensité : un état des lieux international » (par les Professeurs Belpomme, Hardell, Belyaev, Burgio et Carpenter), publié en novembre 2018 dans une revue internationale notoire à comité de lecture et communiqué en pièce 43.1 (traduction libre) et 43.2 (version originale), serait utile à votre défense.

Il s’agit en effet de la dernière expertise collective et internationale sur les effets des rayonnements électromagnétiques de faible intensité. Il nous a d’ailleurs semblé que la présente communication correspondrait au voeu des auteurs, lesquels concluent leur article ainsi :

« Il est également important que toutes les parties de la société, en particulier la communauté médicale, le personnel éducatif et le grand public, soient informés des risques liés à l’exposition aux champs électromagnétiques et des mesures qui peuvent être facilement prises pour réduire l’exposition et le risque de maladie associé. »

À la lecture de cette pièce, vous comprendrez à quel point les déclarations d’ENEDIS SA sont fallacieuses lorsqu’elle prétend dans le cadre du déploiement litigieux que « toutes les précautions sont prises » (Intervention du Président du Directoire d’ENEDIS SA sur RTL le 15 juin 2018). Pour mémoire, ENEDIS SA est en train d’ajouter avec « Linky » dans les foyers des français deux à trente-six nouvelles fréquences de manière chronique, ceci en l’absence de toute maîtrise de l’environnement électromagnétique et, au contraire, en présence de mesures faussées des niveaux d’exposition (voir notre assignation, Faits, partie VII).

L’article original est en anglais mais pour les besoins de la procédure nous en avons réalisé une traduction libre :

Traduction libre en français de l’article
objet de la pièce 43.1 – Téléchargeable ici.

Nous vous en souhaitons bonne réception et restons à votre disposition pour ce qui sera utile à la défense de cette cause essentielle.

Vos bien dévoués,

Arnaud Durand et Christophe Lèguevaques

 

SPECIAL FETE – OUVERTURE

Classé dans : BIEN-ETRE | 0

 

 

Notre nouvel espace bien être :

Toujours soucieuse de votre bien-être, l’Harmonie d’Ardwen aura le plaisir de vous retrouver dans un nouvel espace détente aux couleurs épurées pour un moment relaxation.
Pour les soins corporels, le salon est transféré au cœur de Charleville-Mézières Natur’arduinna 17 rue d’Aubilly à compter du 1er décembre 2018.

Retrouvez nos différentes prestations et informations sur notre site internet 

Nos différents massages 
Les prises de rendez-vous se font toujours au 06.31.33.94.56

A très bientôt dans notre nouveau salon.

SPECIAL OUVERTURE

Bon cadeau

Harmonisation d’un espace pour les thérapeutes 

Témoignage de Elise Viple Natur’Arduinna www.naturarduinna.fr 

« Une véritable harmonisation du lieu qui sublime tout le potentiel de mon cabinet pour en faire un « écrin de verdure » en pleine ville.

C’est devenu un lieu qui respire le Bien-Être et la Nature.

Encore un grand merci à Sylvie »

 

 

Ecran tablette 3-6-9-12

Classé dans : SANTE | 0

 

Noël est la période ou vous souhaitez faire plaisir à vos chérubins et rien n’est trop beau pour voir leurs yeux scintiller comme des étoiles.

Difficile depuis les années 2000 et l’évolution des nouvelles technologies de faire l’impasse sur smartphones, TV, tablettes qui sont désormais omniprésents et rythment notre quotidien.

Mais leur excès a des effets sur la santé et l’équilibre émotionnel de vos enfants. 

Nous mettrons donc un point d’honneur ce mois-ci sur la nocivité des écrans sur vos chères têtes blondes.

 

Nous reprendrons les conseils de Serge Tisseron, psychiatre et auteur de « 3-6-9-12 Apprivoiser les écrans et grandir ».

 

Pas de télévision avant 3 ans*.

A cet âge, un enfant a besoin de construire ses repères spatiaux et temporels, notamment à travers les histoires qu’on lui raconte et les livres qu’il feuillette.

Passer du temps devant la télévision, y compris devant les programmes qui lui sont spécialement dédiés, l’empêche d’interagir spontanément avec son environnement et peut le perturber intérieurement. Même s’il a l’air captivé par le rythme des images, la couleur et le son, le bébé est en proie à une forte agitation interne, qui peut d’ailleurs se manifester dès que l’écran s’éteint. C’est pourquoi les pédiatres recommandent d’éviter au maximum l’exposition à la télévision avant cet âge.

 

Notre conseil santé.

Votre tout petit va grandir et se développer de sa naissance à ses trois ans, il existe une multitude de jouets d’éveils pour égayer et éveiller sa curiosité ainsi que sa préhension.

Choisissez des comptines pour enfants et berceuses pour éveiller son ouïe, privilégiez également les livres premier âge pour lui faire découvrir les images, les couleurs, et l’inciter à aimer la lecture lorsqu’il grandira.

 

Pas de console de jeu avant 6 ans*.

Entre 3 et 6 ans, votre tout-petit développe son imagination en créant de ses propres mains, par le dessin, le modelage et le jeu avec d’autres.

 

S’il s’initie trop tôt aux automatismes de la console de jeu, il pénalise le développement de sa motricité fine et de sa créativité. En revanche, vous pouvez jouer avec lui, occasionnellement.

Les ordinateurs peuvent être un support occasionnel de jeu en famille, voire d’apprentissages accompagnés.

En revanche, évitez la télévision et l’ordinateur dans sa chambre et établissez des règles claires sur le temps d’écrans pour qu’il ne devienne pas accro.

 

Notre conseil santé.

Vous pouvez aussi l’aider à prendre conscience de son corps en lui faisant découvrir ses petits petons et ses mimines à travers des ateliers récréatif comme la peinture avec les pieds ou les mains, la pâte à modeler. Vous partagerez un moment de complicité avec votre enfant et lui permettrez de s’intéresser à des activités ludiques et colorées lorsqu’il grandira.

Vous pouvez également décider avec lui d’un atelier cuisine ou vous pourrez faire ensemble un gâteau pour régaler les papilles de toute la famille. Vous apprécierez la joie et fierté de votre bambin de faire déguster le gâteau qu’il aura réalisé avec vous.

 

 

Internet accompagné à partir de 9 ans*

Accompagnez votre enfant pour ses premiers pas sur la toile afin qu’il intègre trois notions fondamentales :

  • tout ce que l’on y met peut tomber dans le domaine public,
  • tout ce que l’on met y restera éternellement
  • tout ce que l’on y trouve n’est pas forcément vrai.

Entre 9 et 12 ans, s’il vous le demande, déterminez à quel âge vous acceptez qu’il ait un téléphone portable.

 

 

 

 

 

 

Internet seul : pas avant 12 ans*

Même si votre enfant est à l’aise avec sa souris, il est nécessaire d’adopter certaines règles d’usage, de convenir ensemble d’horaires prédéfinis de navigation sur l’ordinateur, de mettre en place un contrôle parental, et de ne pas le laisser seul dans sa chambre avec une connexion nocturne illimitée.

 

Dès l’entrée au collège, discutez avec lui du téléchargement, des plagiats, de la pornographie et du harcèlement. S’il est connecté à facebook, résistez à la tentation d’être son ami.

 

Notre conseil santé.

Très vite il vous faudra abordez avec votre enfant les dangers liés à internet et à son utilisation. Vous ne pourrez pas empêcher votre enfant de surfer sur la toile et d’aller y explorer les moindres recoins mais vous pourrez toujours le protéger des dangers de celui-ci

 

.

Vous pourrez limiter son accès a internet grâce au contrôle parental et en définissant avec lui le temps imparti auquel il pourra prétendre chaque jour.

 

Vous l’aurez donc compris évoluer avec les écrans est indéniable à l’heure actuelle mais il vous faudra très tôt protéger vos enfants de la nocivité de ces derniers.

Privilégiez les activités en famille, les sorties en plein air, cela vous permettra de constituer de merveilleux souvenirs à vos enfants et de leur transmettre les bons réflexes santé dès leur plus jeune âge.

 

Retrouvez tous les conseils de Serge Tisseron, psychiatre dans son livre « 3-6-9-12, apprivoisez les écrans pour grandir » aux éditions Erès.

Rendez-vous également sur : « www.apprivoiserlesecrans.com »

 

*source « notrefamille.com » article de Stéphanie Letellier

 

Linky, la nasse fiscale se referme sur les automobilistes.

Classé dans : LINKY | 0

 

Comment Linky va permettre de taxer la recharge des voitures électriques.
Contrairement à ce qui est souvent dit, le système de comptage numérique connecté Linky n’est pas intelligent, ce terme est totalement inapproprié, il est communiquant ou connecté ce qui est totalement différent.
Une de ses connexions avec ENEDIS est une finalité fondamentale du Linky qui est actuellement non activée et surtout savamment occultée aux consommateurs automobilistes car cela aurait un effet dévastateur, c’est celle du prélèvement des taxes fiscales liées à la charge des véhicules électriques via le système de comptage connecté Linky.
Personne n’ignore que les politiques ont engagé une vaste mutation contraignante et fiscale qui doit aboutir par étapes à ce que tous les véhicules thermiques soient remplacés par des véhicules électriques d’ici les années 2017 à 2040.

Pour ce faire il a fallu transformer non seulement la législation, mais aussi le principe de collecte des taxes car l’État ne peut évidemment se priver des rentrées fiscales liées aux carburants, en conséquence en 2011 qui est l’année de l’officialisation du système de comptage connecté Linky coïncide avec le changement du nom de la TIPP – Taxe Intérieure sur les Produits Pétroliers qui est remplacée par la TICPE – Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Énergétiques.
La TICPE rapporte près de 30 milliards d’euro dans les caisses de l’état chaque année. C’est d’ailleurs le 4ème poste de recette fiscale derrière la TVA, l’impôt sur le revenu et l’impôt sur les sociétés.
Avec le Linky l’administration fiscale va disposer d’un outil qui va lui permettre d’encaisser les taxes liées à la TICPE.

Concrètement lors des charges de véhicules électriques ou d’accumulateurs ou tous dispositifs de stockage de l’énergie électrique, cette action de charge sera détectée par le gestionnaire ENEDIS, via le bus filaire de l’Émetteur Radio Linky qui possède 7 interfaces appelés TIC acronyme de Télé-Information Client, dont le TIC numéro 5 correspond à la charge des véhicules électriques.
Le bus de Télé-Information Client a une liaison maximale de 500 mètres, cette liaison en voie montante et descendante se réalise suivant le principe de trames émises les unes après les autres de façon cyclique en continu d’une durée comprise entre 16,7 et 33,4 milli seconde
En principe à partir de 2021 qui est la fin officielle du déploiement des compteurs Linky, pour charger les batteries de son véhicule électrique l’automobiliste aura les choix soit d’une charge normale, accélérée ou rapide suivant les propositions de la délibération de la CRE qui est la Commission de Régulation de l’Énergie qui détaille la tarification hors TVA des 3 taxes qu’auront à payer les automobilistes.
Ces 3 taxes chiffrées que devra payer l’automobiliste sont celles de la gestion, correspondant à l’identification fiscale du véhicule, celle du comptage correspondant à la délivrance d’un contrat de puissance additif payant spécifique en kilo Volt Ampères et enfin celle dite du soutirage correspondant à la consommation en kWh de la charge du véhicule.
Notons que le TIC 5 est basé et délivre de la Puissance APParente soutirée donc par rapport au cosinus phi ce qui engendre en moyenne une surfacturation de 10 à 40 % pour les automobilistes.

Participer aux actions nationales de tractages de sensibilisation STOP LINKY
Flyer 1 : http://www.next-up.org/images/Stop_Linky_Gilets_Jaunes_HD_DSCN9656.jpg
Flyer 2 : http://www.next-up.org/images/Stop_Linky_Gilets_Jaunes_HD_DSCN9662.jpg

Next up

Devoir de mémoire

Classé dans : PRESSE | 0

 

Extrait de notre news letter de novembre 2018

En novembre, le centenaire de l’armistice de la Grande Guerre sera à la Une de tous les médias.Les soldats français, allemands, et bien d’autres, de toutes nationalités, se battent dans la boue et le froid. Cette guerre des tranchées, absurde, fera des millions de morts.

Nous ne pouvions ne pas en parler. Comme l’univers  fait bien les choses, le 11 novembre 2018 nous serons à Verdun pour un travail de géobiologie sur la mémoire . Voici l’harmonisation d’un lieu dans ce qu’il a de plus beau. Quel cadeau! Merci à Marie Anne de nous acceuillir, merci à Hélène pour son Devoir de Mémoire qui sera  lu sur site le 11 novembre. Merci à Camille Laurent,mon aïeul  » Comme ses semblables, A fini dans une étable, Ou sur le sable,  et à tous ces innocents …A qui la vie a été arrachée Par tant de cruauté …Vous ne tomberez jamais dans l’oubli ..  » …

Extrait de journaux de la bataille de Verdun, de la Marne et du Chemin des Dames, ces lieux nous appellent !!! 

 

 

 

La dépendance affective Anais Euverte

Classé dans : PRESSE | 0

 

Vous en avez peut être déjà entendu parler, la dépendance affective est une problématique présente chez de nombreuses personnes et pouvant se résumer ainsi : » avoir besoin de l’amour de l’autre pour exister »

La personne en dépendance conditionne son bonheur, son bien être et sa sécurité affective à une personne.

 

Bonjour à chacune et à chacun,
J’ai le plaisir de vous transmettre  un article que j’ai 
écrit pour le journal Hé Magazine sur la dépendance affective.
Au passage, si vous ne connaissez pas ce journal local Hé Magazine, je 
vous invite à le découvrir, il est présent dans différents magasins de 
Château-Thierry et des environs.

>>  en téléchargement ici he magazine-nov-2018-chateau-thierry
Je vous souhaite une très belle fin de journée.
Bien à vous,
— 
Anaïs EUVERTE
Thérapeute, coach parentale et formatrice
06 74 52 25 55
http://www.lescheminsdelarelation.com/
http://blog-espere.com/

Acquisition de la propreté Que faire ?

Classé dans : TEMOIGNAGE | 0

Votre enfant se montrait enthousiaste à l’idée de démarrer son apprentissage de la propreté, mais maintenant,  voilà qu’une fois sur le pot, il se relève très vite. Pire, il ne veut plus s’y asseoir du tout ! Rassurez-vous : les tout-petits ont souvent peur du pot. Tout cela est bien nouveau pour votre enfant. 

L’apprentissage de la propreté implique de nombreux changements dans le quotidien de votre tout-petit ; non seulement il abandonne le confort et la sécurité que lui conféraient ses couches mais on lui demande également de saisir et de réagir aux signaux qui lui indiquent qu’il a besoin de se soulager. Cela peut faire beaucoup à la fois pour certains enfants, et le pot peut alors devenir une source de stress.

Voici un témoignage d’une maman formidable qui est très à l’écoute de ses enfants.

« Nous sommes allés voir Carine FAY Kinésiologue comme vous nous l’aviez conseillé.

Et nous sommes incroyablement surpris.

Nous sommes allés la voir ce matin sans trop y croire..

Et miracle , cette après-midi notre fille nous demande le pot, ne veut plus mettre de couche, veut aller aux toilettes.

Et ce soir en allant dormir nous a dit: » Papa, Maman demain M..fait pipi au pot »

Nous vous remercions beaucoup. »

L . de Charleville-Mézières

dans la brume des ondes électromagnétique

Classé dans : ELECTROMAGNETISME | 0

 

Vivons nous dans le meilleur des ondes ? A la maison, au bureau, dans l’espace public, dans les transports… nous vivons au sein d’un « brouillard d’ondes » quasi permanent généré par nos moyens de télécommunication, nos installations électriques, nos objets connectés, etc. Quels sont les risques réels pour notre santé ?

Nos sens sont incapables de les déceler; pourtant elles ont littéralement envahi nos vies. Rares sont les activités humaines qui ne génèrent pas d’ondes électromagnétiques. Au travail, dans la rue, à la maison; elles s’imiscient jusque dans nos lits. La question de leur éventuelle dangerosité, qui suscite une inquiétude croissante et légitime est donc cruciale. Mais y apporte une réponse scientifique incontestable est pour l’heure impossible. Bien qu’elle dispose de plus de 25000 études consacrées aux champs électromagnétiquesl’OMS considère qu’il n’existe aucune preuve formelle démontrant des effets significatifs sur la santé humaine, jusqu’à présent ………

>>>> lire la suite de l’article ici  La maison Ecologique n°107 Article Dans la brume des ondes electromagnétique

 

DES OBUS…AUX BULLES : LA GRANDE GUERRE EN BANDE DESSINÉE

Classé dans : PRESSE | 0

Comment représenter ce qui ne peut l’être ? Comment retranscrire la violence inouïe de la Grande Guerre ? Comment représenter le quotidien de millions d’hommes dans l’univers particulier des tranchées ? Comment saisir ce conflit dans son aspect original de « guerre totale » ? L’exposition « Des obus…aux bulles » tente de répondre à ces questionnements à travers un genre littéraire et artistique, la bande dessinée, et à partir des multiples publications traitant de la période. À découvrir jusqu’au 8 décembre à la Médiathèque Delaw, à Sedan.

À PROPOS DE L’EXPOSITION

Réalisée par le musée Guerre et Paix en Ardennes et la Bibliothèque départementale des Ardennes, l’exposition « Des obus aux bulles » propose une véritable plongée au cœur de l’univers graphique de plus de 150 auteurs. 17 thématiques ont ainsi été sélectionnées afin de présenter aux visiteurs les représentations du conflit issues des bandes dessinées. Des « focus techniques » en lien avec chaque thème viennent en complément pour analyser les techniques scénaristiques et graphiques mises en œuvre par les auteurs pour représenter la guerre.

Richement illustré, ponctué de silhouettes en taille réelle de personnages marquants de la bande dessinée et d’une sélection d’objets précieux ou intrigants issus des collections du Musée Guerre et Paix en Ardennes, le parcours proposé se veut un voyage dans la petite et la grande Histoire, à la fois graphique et ludique.

Merci de ne pas mourir un dimanche est l’un des 35 dispositifs audiovisuels du musée Guerre et Paix en Ardennes. Ce court-métrage d’animation a été spécialement conçu pour la nouvelle muséographie du musée par le scénariste Kris et le dessinateur Maël. Il relate la dernière journée d’Augustin Trébuchon, abattu par l’ennemi le 11 novembre 1918, ce qui a fait de lui le dernier homme tué de la Première Guerre mondiale sur le front occidental.

Exposition visible dans le cadre du cycle mémoriel 1918-2018 Augustin Trébuchon organisé par Ardenne Métropole.

INFOS PRATIQUES

  • Lieu : Médiathèque Delaw à Sedan
  • Dates : du 12 octobre au 8 décembre 2018
  • Public : tous publics

 

 

 

 

« Les modes de naissance ont probablement des effets spécifiques sur la santé future ». Rencontre avec Michel Odent.

Classé dans : SANTE | 0

Depuis plus de cinquante ans, le gynécologue et obstétricien Dr Michel Odent propose une autre vision de la maternité et de la naissance. Référence international et auteur d’une quinzaine d’ouvrages sur le sujet, il a fait évoluer les pratiques obstétricales vers une plus grande prise en compte des acquis de la science et des réalités physiologiques de l’enfant comme de la femme. Il répond ici à nos questions sur l’impact de la vie fœtale, la naissance et la petite-enfance sur la santé. Il participera avec d’autres spécialistes de la petite enfance au colloque « Un autre regard sur les besoins du bébé » à Paris le 24 novembre.

Alternative Santé – Quels sont les malentendus les plus courants sur la « période primale » ?

Michel Odent  Les malentendus les plus fréquents sont liés à l’hyperspécialisation des disciplines. La « période primale » se situe entre la conception de l’enfant et son premier anniversaire. C’est le moment pendant lequel nos systèmes d’adaptation de base (ceux impliqués dans ce que l’on appelle communément la santé) atteignent un haut degré de maturité. Des 1986, dans le livre La santé primale, j’avais anticipé une nouvelle génération d’études épidémiologiques explorant les corrélations entre ce qui se passe durant cette courte période et ce que l’on observe, plus tard, sur le plan de la santé et des traits de personnalité. L’un des effets de l’hyperspécialisation est que certains ne s’intéressent qu’à la période qui suit la naissance, et avant tout aux modes d’allaitement et aux vaccinations de la prime enfance. Mais beaucoup d’autres, particulièrement dans les milieux universitaires et médicaux, s’intéressent aux possibles conséquences à long terme de ce qui se passe pendant la vie fœtale.

On a pourtant l’impression que la période fœtale est l’objet de toutes les attentions, plus particulièrement sous l’angle du risque. Mais ce « risque pour le fœtus » n’est-il pas défini de manière trop étroite par la médecine ?

Paradoxalement, il y a toujours eu un manque relatif d’intérêt pour la période qui entoure la naissance. Pourtant, c’est cet épisode de la vie humaine qui a connu les bouleversements les plus profonds au cours des dernières décennies, et les disciplines scientifiques émergentes nous enseignent qu’il est « critique » dans le développement de l’individu. Pour comprendre comment s’organise la santé, une vue d’ensemble de la période primale est donc nécessaire.

Vous la décrivez comme le creuset de la santé du futur adulte, en particulier comme la période privilégiée de l’impact de l’environnement sur nos gènes…

Lorsque l’on s’interroge sur des maladies non-transmissibles qui ne sont pas purement génétiques, la première étape est de situer la période critique d’interaction entre gènes et environnement. Quand cela s’est-il passé ? La deuxième étape est d’identifier des facteurs de risques. Ensuite, il faut faire appel aux disciplines qui ont le pouvoir de confirmer la relation de cause à effet, telle que la bactériologie moderne (qui identifie les micro-organismes en étudiant leur matériel génétique) et l’épigénétique (qui étudie comment certains gènes sont éduqués pour ne pas s’exprimer). Ces dernières sont précieuses pour éclairer la situation.

La base de données scientifiques que vous avez mise en place a permis d’identifier d’énormes chantiers d’analyse. Par exemple, l’impact de la période primale d’une personne sur sa sphère psychologique future (liens avec les addictions, les troubles du comportement alimentaire et les troubles du spectre autistique…). Sur quoi portent les travaux actuels ?

On perçoit un intérêt grandissant pour des pathologies de plus en plus répandues, notamment des dérégulations du système immunitaire, telles les allergies et les maladies auto-immunes. C’est le cas aussi des obésités.

Quels impacts ont eu la modification de l’environnement du nouveau-né et l’avènement de la naissance médicalisée ? Vous évoquez notamment les conséquences de l’asepsie à l’hôpital ou le recours important à la césarienne…

Ce sont des questions énormes, qui nécessiteraient de longs développements. L’un des premiers effets des changements récents est de rendre nécessaires de nouvelles classifications des modes de naissance pour bien prendre la mesure de leur impact. Ainsi, sur les plans bactériologiques et immunologiques, il convient d’opposer la naissance à la maison (au milieu d’une grande diversité de micro-organismes amicaux, parce que familiers) et la naissance ailleurs. Ces deux modes de naissance ont probablement des effets spécifiques sur la santé future dont on commence à peine à prendre la mesure. En ce qui concerne l’exposition aux hormones de stress qui participent au développement du bébé, il convient d’opposer la naissance par césarienne avant le début du travail et toutes les autres formes de naissance (y compris les césariennes en cours de travail).

Quels sont les avantages et les risques de l’ocytocine synthétique pour déclencher ou accélérer les accouchements ?

On sait que l’ocytocine synthétique administrée à la femme enceinte pour déclencher ou renforcer les contractions utérines traverse le placenta et la barrière hémato-encéphalique immature du fœtus. En d’autres termes, puisque l’ocytocine ne coute pas cher et est très utilisée aussi dans les pays en voie de développement, une proportion énorme de cerveaux humains se retrouve aujourd’hui soumise à des concentrations élevées d’ocytocine à une phase critique de leur développement. Pour autant et paradoxalement, les effets à long terme de cette situation ne font pas l’objet de recherches, à part quelques études sur les liens entre autisme et ocytocine synthétique.

La médicalisation de l’accouchement, valorisée pour la réduction des risques qu’elle permet en cas d’urgence médicale, induit donc ses propres risques ?

La médicalisation de l’accouchement a pris de l’ampleur pour compenser l’incompréhension culturelle des processus physiologiques. Bien entendu, toute action médicale a des effets secondaires. Par exemple, nous avons atteint une phase dans l’histoire de l’humanité où la libération d’« hormones de l’amour » (l’ocytocine produite lors d’un accouchement) n’est plus nécessaire, à l’échelle mondiale, pour faire naître les bébés et les placentas. Les « effets secondaires » que cela implique sur plusieurs générations – les femmes continueront-elles d’en produire naturellement par exemple ? – sont pris au sérieux par ceux qui commencent à s’intéresser à l’avenir de notre espèce.

Comment limiter ces risques quand l’on n’est pas en capacité ou que l’on ne souhaite pas accoucher à la maison ?

Il est très facile et très fréquent, sans même le savoir, de perturber un accouchement. La priorité est d’oser penser comme les physiologistes, c’est-à-dire d’assimiler et de divulguer le concept d’« inhibition néocorticale », thème principal et raison d’être de tous mes livres depuis une quarantaine d’années. C’est la meilleure façon de redécouvrir les besoins de base de la femme qui accouche. Ce concept est une clé pour comprendre la nature humaine en général, et certains processus physiologiques, tel l’accouchement, en particulier. Ainsi, on ne peut pas « aider » une femme à accoucher, mais on peut essayer de la protéger contre tout ce qui pourrait stimuler son cerveau « rationnel » : langage, lumière et tout ce qui demande de l’attention. C’est une nouvelle façon de penser. Il est difficile de remettre en cause des millénaires de conditionnement culturel, mais la physiologie moderne doit consister à se demander comment et dans quelle mesure on peut « désocialiser » l’accouchement.

Dans votre ouvrage La naissance d’homo, vous en appelez à une« révolution symbiotique ». Quelles sont les frontières à explorer ou réexplorer autour de la naissance ?

Cela devrait devenir la question centrale. Le terme « symbiotique » fait référence à la crise spectaculaire que l’humanité a traversée lors de la « révolution » du néolithique, caractérisée par la domestication des plantes, des animaux et, dans une certaine mesure, des êtres humains. Personne n’avait imaginé, jusqu’au vingtième siècle, que la domination de la nature pourrait soudain atteindre ses limites. Nous devons nous préparer à une crise, à accompagner une nouvelle révolution dans l’histoire de l’humanité, et même dans l’histoire de la planète. Afin de qualifier cette révolution, nous avons besoin d’un mot-clé perçu comme l’antithèse du mot « domination » (de la nature). L’un de ceux-ci pourrait être « symbiose ». Jusqu’à aujourd’hui, la façon habituelle de penser avait tendance à mettre l’accent sur la compétition entre êtres vivants. Nous devons soudain nous familiariser avec des concepts tels que coopération et équilibre écologique. Une nouvelle façon de penser conduit à réaliser que les micro-organismes représentent les fondations de tous les écosystèmes. Cela implique que la récente révolution dans les conditions de la naissance des humains soit étudiée dans une perspective bactériologique.

 

Alternative santé n°61